Economie

Le gouvernement fédéral a décidé de vendre 2,5% de sa participation dans BNP Paribas, soit 31,2 millions d'actions, a indiqué mercredi le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt, alors que la tenue d'un comité ministériel restreint avait été annoncée en fin d'après-midi. Le placement représente un montant de 2,06 milliards d'euros. 

La participation de l'Etat belge dans le groupe bancaire passera de la sorte de 10,3% à 7,8%. Cette transaction s'inscrit dans le cadre de l'accord de gouvernement qui prévoit de valoriser de manière optimale les participations de l'Etat dans le secteur financier en tenant compte la fois du contexte économique et financier et du contexte "sociétal".

La transaction sera menée sous la direction de la cellule politique du ministre des Finances et du Premier ministre, assistés des bureaux Lazard et Allen&Overy. Le résultat final ne sera connu que dans le courant de la nuit.

"Cette transaction nous permet de gagner sur les deux tableaux. D'un côté, nous parvenons à réaliser une plus-value importante en procédant à cette cette vente. De cette manière, nous contribuons de façon importante au désendetemment et nous limitons notre risque à l'égard du secteur financier. De l'autre côté, je tiens à faire remarquer que seule une partie de la participation est réalisée parce que nous attachons de l'importance à notre participation à long terme dans BNP Paribas, en particulier pour l'importance économique de cette banque dans notre pays", a souligné le ministre, en précisant que la façon dont la transaction a été conçue permettra à l'Etat de conserver son dividende complet en 2017.

La participation de l'Etat belge dans BNP Paribas remonte au sauvetage de Fortis en 2008. L'Etat avait racheté Fortis pour 9,4 milliards d'euros et en avait ensuite revendu 75% à BNP Paribas.