Economie

La Belgique a atteint la "limite absolue" en matière d'impôts sur le capital, a affirmé mardi le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA), à l'occasion de la cérémonie de Nouvel An du gestionnaire de la Bourse de Bruxelles, Euronext. Plus tôt dans la journée, la Commission Finances à la Chambre a approuvé l'introduction d'une taxe sur les comptes-titres. Le ministre a renvoyé dans son discours aux données de l'Union européenne, desquelles il ressort que l'impôt sur le capital est particulièrement élevé en Belgique.

"Le gouvernement, dont je fais partie, a pris une série de mesures impopulaires qui doit augmenter l'imposition sur le capital et les investissements. J'en suis bien conscient", a reconnu le ministre. "Ces mesures font partie de compromis politiques visant à atteindre des réformes économiques fondamentales et des réformes du marché du travail."

Ces mesures, selon M. Van Overtveldt, ont mené à un grand allègement de l'impôt sur le travail. Il a dit être convaincu de la nécessité de continuer à réduire l'impôt sur le travail. "Parallèlement, il faut aussi admettre que nous avons atteint la limite absolue en matière d'impôt sur le capital et les investissements", a souligné le ministre des Finances.

En début d'après-midi, le CEO d'Euronext Bruxelles, Vincent Van Dessel, avait déclaré que la taxe sur les comptes-titres allait avoir "un effet dramatique d'un point de vue psychologique".