Economie

La Belgique se démarque, avec un taux d'imposition moyen de 42,3%, contre 34,3% en moyenne dans les 16 pays de la zone euro


BRUXELLES Avec des recettes fiscales se montant à 44% de son produit intérieur brut (PIB), la Belgique a la pression fiscale la plus forte de la zone euro, selon des chiffres de 2007 livrés lundi par l'Office européen de statistiques, Eurostat. Au niveau des 27 pays de l'Union européenne, la Belgique arrive en troisième position, derrière le Danemark (48,7%) et la Suède (48,3%).

C'est surtout au niveau de la fiscalité sur le travail que la Belgique se démarque, avec un taux d'imposition moyen de 42,3%, contre 34,3% en moyenne dans les 16 pays de la zone euro. Seule l'Italie (44%) impose davantage le travail que l'Etat belge.

En revanche, celui-ci taxait la consommation à hauteur de 22% (contre 21,5% en moyenne dans la zone euro), et le capital à hauteur de 31,1% (contre 29,8%).
Bien que parmi les plus élevées d'Europe, la pression fiscale en Belgique a diminué depuis 2000, passant de 45,2% du PIB en 2000 à 44,0% en 2007, selon Eurostat. Une tendance globale à l'eurozone où cette pression est passée de 41,2% à 40,4% sur la même période.

L'étude montre enfin que le taux d'imposition légal maximal sur les revenus des personnes physiques ainsi que sur ceux des entreprises a baissé presque partout en Europe.

En Belgique, le taux maximal d'imposition est ainsi passé de 60,6% en 2000 à 53,7% en 2008 pour les personnes physiques (de 48,4% à 42,1% en moyenne dans l'eurozone) et de 40,2% à 34% pour les revenus des entreprises (34,9% à 26% dans l'eurozone).

© La Dernière Heure 2009