Economie

Chaque année, 79 jours de travail par 1.000 travailleurs sont en moyenne perdus en Belgique à cause de grèves, selon des chiffres de l'Institut der deutschen Wirtschaft (IW) basé à Cologne, qui compare chaque année les statistiques en la matière de 22 pays de l'OCDE. 

La France occupe à nouveau la première place de ce classement, avec 123 jours ouvrables perdus par 1.000 travailleurs. Viennent ensuite le Danemark (118) et le Canada (87). La tendance en Belgique est à la hausse: sur la période 2006-2015, la moyenne était en effet de 71 jours de travail perdus à la suite de grèves.

La tendance est aussi à l'augmentation dans de nombreux autres pays européens alors qu'une diminution du nombre de jours de grève est observée au niveau mondial.

Au Japon et en Slovaquie, les grèves sont rarissimes (0 jour) alors que le nombre de jour perdu par 1.000 travailleurs n'est que de 1 en Suisse et 2 en Autriche. On fait également moins grève chez nos voisins allemands (7 jours) et néerlandais (8 jours). A noter que les statistiques ne sont pas disponibles pour la Grèce et l'Italie.

Les comparaisons internationales restent toutefois délicates car, en Allemagne et aux Etats-Unis, les actions de moins de 24 heures ne sont pas prises en compte. Les grèves comptant moins de 1.000 participants ne sont pas non plus recensées dans les statistiques aux Etats-Unis alors qu'en Espagne, ce sont les grandes grèves générales qui ne sont pas prises en compte.