La Wallonie doit s’ouvrir davantage sur le monde

S.Ta. Publié le - Mis à jour le

Economie

Le bureau McKinsey a empoché 477.000 € pour travailler sur l’image de marque de la Région

NAMUR Le chiffre paraît très fort. 477.000 €. C’est la somme empochée par le bureau d’étude McKinsey pour réaliser une étude sur l’image de marque de la Wallonie.

Si la somme dépensée est importante, du côté du cabinet du ministre-président Rudy Demotte, on la justifie en affirmant qu’“une ville comme Amsterdam a réalisé un travail similaire qui a coûté trois fois plus cher. Un grand nombre de régions font pareil. Ce sont les prix pratiqués sur le marché”.

Et que dit-elle cette étude bon marché ? “Pour améliorer son image de marque tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, la Wallonie doit mettre en avant son ouverture sur le monde, plutôt que son savoir-faire technologique ou la qualité de vie qu’il y règne. La marque Wallonie est très peu existante auprès des cœurs de cible. C’est un argument qui n’est pas utilisé par les régions et villes proches et qui permettra de s’en différencier”, a défendu, jeudi en commission du Parlement wallon, le consultant du bureau McKinsey venu expliquer son travail devant les parlementaires.

Le rapport McKinsey estime également que la Wallonie aurait avantage à associer son nom à la marque Belgique, plus qu’à celle de Bruxelles avec laquelle peu de Wallons s’identifient, voire celui de l’Europe, concept déjà repris par Bruxelles ou Lille notamment.

Créer une nouvelle image coûte bien évidemment de l’argent : de 1 à 2 millions d’euros pour lancer une nouvelle marque (logo, élaboration de campagnes, etc). Une somme à laquelle il faudra ajouter chaque année un montant identique pour “entretenir” l’image auprès de ces cibles, selon McKinsey.

Si le bureau McKinsey reconnaît que cette somme est importante, il affirme que les retombées le sont également : “Une marque Wallonie forte pourrait entraîner une hausse du PIB régional de l’ordre de 0,2 à 0,5 point de pourcentage”, soit “entre 100 et 400 millions d’euros en l’espace de cinq ans”.

Le gouvernement wallon a manifestement déjà fait siennes les conclusions de l’étude qu’il a reçue en février dernier.

Un appel d’offres pour le lancement de la nouvelle campagne a été lancé, mais le marché n’a pas encore été attribué. Il en coûtera 200.000 € de plus à la Région.

Par la voix de Jean-Luc Crucke, l’opposition MR a fait part d’une certaine circonspection envers les conclusions de l’étude, notamment quant au choix final, celui d’ouverture sur le monde.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner