Economie

L'Arabie saoudite était en 2017 le premier client des armes produites en Wallonie, devant les Etats-Unis et la France, selon les chiffres contenus dans un rapport du Parlement wallon détaillés jeudi par L'Echo.

En 2017, la Wallonie a accordé 1.313 licences d'exportation et de transfert d'armes vers 69 pays, pour un montant total de 620 millions d'euros, en progrès de 37% par rapport à l'année précédente.

153 millions d'euros

L'Arabie saoudite constituait le premier client des armes wallonnes, avec des dépenses à hauteur de 153 millions l'an dernier, soit un quart de l'ensemble des exportations. Ces livraisons vers le royaume sunnite ont principalement porté sur des armes à feu, de l'artillerie, des munitions ou encore des véhicules blindés.

Les deux autres principaux clients l'an dernier furent les Etats-Unis (106 millions d'euros) et la France (66 millions).

La délivrance de licences d'exportation d'armes est une compétence exclusive du ministre-président wallon.

Entre 12.000 et 15.000 emplois

En 2017, Paul Magnette, puis Willy Borsus, ont refusé 30 licences au total, notamment à destination de l'Arabie saoudite, des Etats Arabes Unis et des Philippines.

La fabrication d'armes en Wallonie représente de 12.000 à 15.000 emplois au total. La toute grosse majorité des licences d'exportations émises par la Belgique émane du sud du pays.