Economie

Selon des calculs du journal L'Echo, publiés vendredi, le fournisseur d'énergie Lampiris a perdu en Belgique plus de 80.000 clients en neuf mois, entre mars 2016 et la fin de cette année. 

Et cette baisse ne s'explique pas uniquement par son rachat l'an dernier par le géant pétrolier Total, qui avait suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux, note le journal. Les statistiques montrent en effet que l'effritement avait commencé avant l'annonce, le 14 juin dernier, du changement de mains.

Il s'agit en réalité d'une confirmation des chiffres publiés par « La Libre » au mois de décembre. A l'époque, nous évoquions une perte de 68 000 clients en six mois : 48 000 au deuxième trimestre, puis 20 000 au troisième trimestre 2016. Il y aurait donc une une perte supplémentaire de 12 000 clients.

C'est en Flandre que la baisse a été la plus forte. Le phénomène, le plus marqué au deuxième trimestre 2016, est "lié aux groupements d'achats que nous avons gagnés par le passé", explique Tom Van de Cruys, CEO de Lampiris. "Nous avons décidé de ne plus participer à ce type d'appel d'offres, parce qu'il s'agit d'opérations où l'on ne gagne rien".

En Wallonie et à Bruxelles aussi, la baisse avait commencé avant l'annonce du rachat par Total. Dans la capitale, elle "peut être principalement attribuée" à la politique menée par l'entreprise "à l'égard des mauvais payeurs", résume le CEO, tandis qu'aucun élément particulier, par contre, n'explique l'effritement en Wallonie.

Lampiris reste le troisième fournisseur d'énergie en Wallonie derrière Engie Electrabel et EDF Luminus, et le numéro deux à Bruxelles. Le seul fournisseur d'énergie qui progresse clairement en Wallonie comme à Bruxelles est Mega, tandis qu'en Flandre les gagnants des derniers mois (mars - décembre 2016) sont Eneco et Elegant.