Economie

Le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, entend adapter la loi sur la pension pour inaptitude physique, a-t-il indiqué vendredi à la télévision locale TV Oost. 

La loi remonte à 1844. Le gouvernement va réformer cette loi et remplacer la pension obligatoire par une allocation d'invalidité. Des personnes malades qui se sentent assez en forme, pourront ainsi tout de même aller travailler. Le ministre se concerte à ce sujet avec les entités fédérées.

La révision de la loi aurait été inspirée par le cas d'une dame originaire de Melsele (Flandre orientale) qui a appris à 27 ans qu'elle avait une leucémie. Elle travaillait à l'époque comme éducatrice, dans le service public, et est passée pendant son traitement sous l'assurance maladie.

La patiente s'en est sortie avant de faire une rechute quatre ans plus tard. Le cancer était de retour mais elle était arrivée au bout de son congé maladie. "J'ai été convoquée par la commission médicale. Là, ils ont décidé après dix minutes de me mettre définitivement à la pension pour cause d'inaptitude physique. J'avais alors 34 ans", a indiqué à TV Oost cette dame âgée aujourd'hui de 39 ans.

Elle doit s'en sortir avec quelque 700 euros par mois: une pension de 378 euros et une allocation d'invalidité de 311 euros. Selon l'association de lutte contre le cancer "Kom Op Tegen Kanker", il ne s'agirait pas d'un cas isolé. De nombreux patients cancéreux qui se sentent encore bien, veulent travailler, mais en sont empêchés par la loi.