Economie L'annonce en a énervé plus d'un et pourtant, Michael O'Leary n'en démord pas : son placement aléatoire des sièges est justifié et si vous ne voulez pas payer 2 euros de plus pour choisir votre place, " tant pis pour vous".
    

Invité à une interview du journal The Independant, le patron de Ryanair n'y a pas été de main morte, allant jusqu'à s'énerver sur ses clients. Désormais, si vous souhaitez tenir la main de votre bien-aimé lors du décollage, il vous faudra débourser minimum 2 euros de plus par ticket. Sinon, vous risquez bien de vous retrouver dans les inconfortables sièges du milieu et à dix rangées de vos proches. Cette technique, en défaveur des familles, peut vite faire monter le prix du voyage. C'est ce qu'une mère avait notamment déploré lorsqu'elle s'était rendue compte que ses deux jeunes enfants étaient dispersés dans l'avion.

De nombreuses autres critiques avaient émané sur les réseaux sociaux qualifiant cette mesure de "scandaleuse". Mais pas question de changer de stratégie : « Si vous ne voulez pas payer les 2€ supplémentaires pour être assis à côté de votre moitié, arrêtez alors de vous plaindre », déclare-t-il. « Payez les 2 euros, comme plus de 50 % de nos 65 millions d’utilisateurs, et asseyez-vous où vous voulez. »

Michael O'Leay l'affirme : « Il y a de plus en plus de personnes qui optent pour la formule où ils peuvent choisir leur siège. Et ce sont souvent ceux à côté du hublot ou de l’allée. Les sièges au milieu restent donc souvent libres et sont alors attribués à ceux qui ne veulent pas payer. »

Cependant, le patron de Ryanair dément toute exagération du programme. « On ne dit pas non plus au système ‘Fais de ton mieux pour les éparpiller le plus possible !’ », explique-t-il. « Les gens ne sont pas dispersés délibérément, mais ils sont très susceptibles de l’être s’ils choisissent un siège aléatoire… »