Economie Chez BNP Paribas Fortis, l’âge moyen de l’ouverture d’un compte à vue est de 12 ans.

C’est bien souvent vers leurs douze ans que les jeunes ouvrent leur premier compte à vue chez BNP Paribas Fortis, un âge qui correspond justement à leur entrée dans le secondaire.

Douze ans, c’est généralement l’âge à partir duquel les banques permettent d’ouvrir un compte à vue, sous l’œil bienveillant de l’un des parents (ou des deux).

C’est parfois moins : bpost bank le permet dès 11 ans, KBC/CBC accueille des clients compte à vue dès 10 ans. C’est même 9 ans chez Belfius.

Mais tous ne sont pas sur la ligne de départ dès que le cap des 12 ans est passé. "En 2016, 50 % des comptes courants Jump ouverts pour des jeunes de moins de 18 ans concernaient la tranche d’âge 12-15 ans, les 50 % restants pour des jeunes dans la tranche 16-17", note Sandrine Roberti de Winghe, porte-parole chez Beobank. "Le ratio a légèrement évolué en faveur de la première tranche d’âge pour atteindre 53 % en 2017".

Chez Belfius, l’âge moyen d’ouverture d’un compte à vue pour un mineur reste constant, à 16 ans.

Reste aussi à voir si le compte à vue est réellement utilisé dès le plus jeune âge. "Avant 12 ans, les jeunes clients n’utilisent presque pas leur carte bancaire", note à ce sujet Hilde Junius, porte-parole chez BNP Paribas Fortis. "Les jeunes commencent à utiliser leur carte à partir de 12 ans mais c’est surtout entre 15 ans et 17 ans que l’on voit le plus d’activité au niveau de la carte".

Cette carte, ils l’utilisent avant tout pour payer : un mouvement sur quatre sur les comptes CPH jeunes (de 12 à 26 ans) concerne un paiement. Les retraits de cash ne concernent que 8,62 % des mouvements.

Plusieurs banques proposent à leurs jeunes clients d’utiliser le mobilebanking. "L’utilisation du mobile banking chez les moins de 18 ans est toujours en hausse, de l’ordre de 40 % du nombre de contrats mobile", souligne Belfius Banque. "Ceci s’explique par un taux de détention du smartphone de plus en plus élevé chez les jeunes clients".

"Chez les jeunes qui téléchargé l’Easy Banking App lancée fin avril 2017, 79 % d’entre eux ont déjà réalisé plus de 3 connexions", remarque BNP Paribas Fortis.

KBC-CBC propose pour sa part l’app K’Ching, développée spécialement pour les 12/21 ans et leur offre des fonctions spécifiques comme la consultation de solde et leur permet de poser un tas de questions par un chatbot.

L’utilisation du compte est parfois limitée, comme chez Crelan. "Entre 12 et 16 ans, le mineur ne peut effectuer que des virements entre ses propres comptes. À partir de 16 ans, il peut exécuter des virements vers ses comptes et des comptes dont il n’est pas le bénéficiaire", précise la banque.

Du gratuit et des cadeaux

Quel que soit l’âge du jeune lors de l’ouverture du compte à vue, il doit être accompagné d’un parent tant qu’il n’a pas atteint la majorité.

Le ou les parents ont un droit de regard sur le compte de l’enfant. "Le parent a un contrôle total", rappelle Ilse De Muyer, porte-parole du groupe KBC (KBC, KBC Brussels et CBC). "À partir de 18 ans, l’adolescent peut décider lui-même si le parent garde ce contrôle ou pas".

Les jeunes bénéficient en tout cas de la gratuité des services, parfois jusqu’à l’approche de la trentaine !

Elle n’est toutefois pas illimitée. Le remplacement d’une carte perdue est facturé 6 euros chez bpost bank, 8 euros chez Beobank, et même 14 euros chez Banque CPH.

Quelques banques proposent également quelques petits cadeaux de bienvenue. C’est 20 euros pour l’ouverture d’un premier compte à vue chez Belfius. Chez Crelan, le jeune ouvrant un premier compte recevra des écouteurs tendance pour son smartphone ou encore un chargeur portable dès qu’il aura versé 50 euros sur son compte.