Economie

Forte chute de Wall Street pour le 20e anniversaire du krach

NEW YORK Wall Street a célébré à sa manière le 20e anniversaire du krach du 19 octobre 1987 en enregistrant vendredi sa troisième plus forte baisse de l'année, avec un plongeon de 2,64 % de l'indice Dow Jones, plombé par des résultats trimestriels en demi-teinte des entreprises américaines et par la dernière envolée en date des prix du pétrole.

Si la baisse de vendredi fait mal et laisse craindre un effet d'entraînement ce lundi sur les Bourses asiatiques et européennes, elle n'a vraiment aucune commune mesure avec la vertigineuse dégringolade enregistrée vingt ans plus tôt. Ce lundi-là, l'indice vedette de la Bourse de New York avait perdu 22,61 % en une seule séance...

Maigre consolation, sans doute, pour l'investisseur, qui a vu à nouveau les Bourses afficher des reculs, parfois importants, au cours des derniers jours.

Wall Street a ainsi connu une semaine noire, le Dow Jones se retrouvant en fait à son plus bas niveau depuis fin juillet, au plus fort des craintes sur la propagation à l'économie réelle de la crise du secteur des prêts hypothécaires à risque (les désormais fameux subprime). Ballotté de toutes parts, l'indice a perdu 4,05 % sur la semaine pour terminer à 13.522,02 points.

Sur cette même semaine, l'indice CAC 40 d'Euronext Paris a, lui, perdu 1,77 % en cinq jours. Une baisse à première vue plus modeste, mais qui devrait se poursuivre en ce début de semaine si les marchés européens se mettent, comme c'est souvent le cas, à l'unisson de la clôture de la Bourse américaine.

Quant à l'indice BEL20, il a perdu 1,90 % sur les cinq dernières séances, ramenant sa progression depuis début janvier à un maigre 0,64 %.

Dans ce climat morose, les investisseurs misent donc sur un nouveau geste de la Fed (la banque centrale des États-Unis) pour redonner des couleurs aux marchés. La prochaine réunion de la Fed est prévue la semaine prochaine. Les marchés financiers espèrent une baisse supplémentaire du coût du crédit, ce qui devrait donner un coût de fouet à l'économie américaine.

En septembre, après une baisse de 5,25 % à 4,75 % du taux directeur de la Fed, Wall Street avait retrouvé son souffle et volé vers de nouveaux records.

Il reste d'ici là aux investisseurs à croiser les doigts en espérant que la semaine boursière ne sera pas trop mouvementée.



© La Dernière Heure 2007