Economie Le futur propriétaire du RSCA est accusé d’avoir surévalué sa société vendue en 2015 et se voit réclamer un milliard d’euros.

Marc Coucke, qui va devenir en mars le nouveau propriétaire d’Anderlecht, se voit réclamer plus d’un milliard de dommages et intérêts par le groupe pharmaceutique américain Perrigo, qui l’accuse d’avoir surévalué frauduleusement la valeur de l’entreprise Omega Pharma que l’homme d’affaires belge lui a vendue en 2015.

S’il était tout de même condamné, Coucke ne devrait payer qu’un peu plus de la moitié de la somme puisque Omega Pharma appartenait aussi au fonds d’investissement Waterland lors de la vente. Ce serait tout de même un gros coup dur puisque la fortune actuelle de Coucke est estimée à 1,3 milliard. 

Mauvaise nouvelle pour les fans du Sporting d’Anderlecht qui ont déjà appris ce week-end que leur club préféré vivait depuis dix ans au-dessus de ses moyens et ont assisté dimanche à une lamentable défaite de leur équipe contre Ostende : le futur propriétaire de leur club de cœur pourrait perdre une bonne partie de sa fortune d’ici 2021.

De Standaard rapportait ainsi lundi que Perrigo exigeait au moins 1,9 milliard d’euros de la part de Marc Coucke et du fonds Waterland.

"Dans notre État de droit, tout le monde peut réclamer des dommages très importants à tout le monde. C’est évidemment embêtant. Mais le contrat a été établi selon le droit belge. Une défense/contre-attaque est minutieusement examinée. Nous avons pleine confiance en l’avenir. Je ne ferai pas d’autres commentaires et je ne donnerai pas d’interview à ce sujet", a laconiquement réagi Marc Coucke sur Twitter.

Si celui qui a récemment investi des dizaines de millions d’euros dans la société pharmaceutique Mithra et le célèbre parc animalier Pairi Daiza est devenu milliardaire, c’est justement en vendant en 2015 son entreprise Omega Pharma au géant pharmaceutique Perrigo. Très rapidement, dès 2016, Perrigo avait accusé Marc Coucke et le fonds Waterland, également impliqué, d’avoir triché sur les comptes et avait porté l’affaire devant une commission d’arbitrage, un système de justice privé prévu en cas de litige sur l’accord de vente.

Que les Américains étaient fâchés sur Coucke et lui réclamaient de l’argent n’est pas neuf, mais, jusqu’ici, il était plutôt question de 250 millions d’euros.

Au total, la somme réclamée à Marc Coucke et à Waterland approche 1,9 milliard. D’après des avocats consultés par De Standaard, le dossier monté par Perrigo est "très documenté".