Economie

La Bourse australienne a battu la semaine dernière son record historique

BRUXELLES L'Europe, les États-Unis, les pays émergents, l'Asie, voire le Japon, sont les marchés que l'investisseur privilégie généralement. Il n'y a pas de secret : ce sont à la fois les marchés bénéficiant des plus nombreux commentaires des analystes et d'une couverture médiatique régulière.

Dans ce large horizon boursier, la Bourse australienne, qui est pourtant la huitième place financière mondiale, est souvent omise. À tort, sans doute.

La hausse de l'indice ASX All Ordinaries de la Bourse australienne est de plus de 20 % sur les douze derniers mois et de quelque 50 % depuis octobre 2005. L'indice a même affiché un nouveau record historique à 6.781 points pas plus tard que la semaine dernière.

Et, ce qui ne gâte rien, le dollar australien est considéré comme une devise solide, même si elle a quelque peu trinqué durant l'été à la suite de la crise des liquidités sur les marchés.

"Nettement moins volatil que les m archés américain et européen, le marché australien des actions n'est pas sans intérêt", assure à cet égard Dexia Asset Management, qui a justement un fonds d'actions australiennes en magasin (Dexia Equities L Australia).

Les risques politique et économique sont limités. De plus, "l'Australie, grâce à sa grande diversité géographique et à sa richesse en ressources naturelles, a bénéficié de la récente envolée des prix des matières premières et des minerais exploités par les sociétés minières domestiques", souligne Dexia Asset Management.

La flambée des prix des matières premières a donc largement soutenu le cours des actions des entreprises du secteur.

Fin septembre, BHP Billiton - le géant minier - représentait 14,2 % du fonds Dexia L Australia et Rio Tinto - autre groupe minier - 5,7 %, les deux valeurs étant surpondérées par rapport à leur poids dans l'indice ASX.



© La Dernière Heure 2007