Economie Les associations de consommateurs d’Italie, d’Espagne et du Portugal s’unissent pour réclamer justice.

Des associations de consommateurs ont lancé lundi une campagne coordonnée, dans quatre pays européens, pour inciter les clients de Volkswagen concernés par les moteurs truqués du constructeur à participer à des actions collectives en justice. La campagne en ligne #Demandjustice ("réclamez justice" en français) s’adresse aux consommateurs en Belgique, en Italie, au Portugal et en Espagne, à la veille de deux votes prévus mardi au Parlement européen liés au scandale du Dieselgate. Elle vise à inciter un maximum de consommateurs à se joindre aux actions collectives en justice déjà lancées dans leur pays par quatre associations (respectivement Test-Achats, Altroconsumo, DECO, OCU) pour demander des indemnisations à Volkswagen.

Le scandale des moteurs truqués a éclaté en septembre 2015, lorsque les autorités américaines ont accusé le constructeur d’avoir utilisé dans ses voitures un logiciel trompeur, pour les faire passer pour moins polluantes qu’elles ne l’étaient vraiment lors des tests.

Volkswagen "a trafiqué ses chiffres d’émissions de gaz NOx pour près de 400.000 voitures en Belgique", écrit ainsi l’association belge Test-Achats sur son site internet. "Il offre une réparation qui n’apporte aucun résultat et ne veut pas indemniser les consommateurs trompés. Nous avons donc intenté une action collective à laquelle vous pouvez toujours vous inscrire", poursuit-il. "De telles actions en justice ne sont pas possibles dans d’autres pays", a regretté le Bureau européen des consommateurs (Beuc), relayant les campagnes de ses organisations membres.

Les eurodéputés doivent voter ce mardi des recommandations à la Commission et aux États membres pour améliorer les contrôles des constructeurs et empêcher de nouvelles fraudes lors des essais d’émissions.