Economie

Depuis la publication du scandale fiscal Panama Papers en mars 2016, l'inspection spéciale des impôts (ISI) a procédé à des redressements fiscaux pour un total d'environ 8,114 millions d'euros, rapporte Le Soir mercredi. 

En épluchant les documents fiscaux fuités du cabinet panaméen Mossack Fonseca, De Tijd, Knack, Mo et Le Soir avaient mis en lumière 732 cas belges, liés à 1.144 sociétés offshore. De ces dossiers, l'ISI en avait retenu 242, dont 69 ont finalement été classés sans suite après pré-enquête.

Quinze cas par contre ont donné lieu à des redressements fiscaux pour un total de 8,114 millions d'euros. Le plus gros redressement fiscal imposé à l'un de ces contribuables se situerait entre deux et trois millions d'euros.

La pénalité financière maximale a été d'application, c'est-à-dire 50% de l'impôt dû. Cette somme est comprise dans les huit millions récupérés, indique l'administration fiscale.

Il reste encore 158 dossiers ouverts pour lesquels l'ISI est à la recherche de données. L'administration fiscale belge dit toutefois avoir "bon espoir d'obtenir à court terme des données concrètes et des documents probants de la part d'autre pays qui disposent des fichiers Panama Papers", et escompte récupérer une petite centaine de millions une fois tous les dossiers traités.