Economie La création d’un registre des propriétaires de sociétés offshore est au sommet de la liste des priorités.

Les "Paradise Papers" ont, une nouvelle fois, mis en lumière l’imagination sans limite dont font preuve les multinationales et certains riches particuliers pour réduire leur facture fiscale. Dans la foulée, le monde politique s’est emparé du sujet, promettant à nouveau de prendre les mesures nécessaires pour enrayer ce phénomène.