Economie

"Le conseil d'entreprise a été très tendu et la direction n'est pas venue avec des réponses concrètes mais un complément d'information. Tout cela reste très vague, sans plan commercial", a indiqué Myriam Delmée, vice-présidente du Setca, à l'issue du conseil d'entreprise extraordinaire chez Carrefour à Evere.

Un nouveau conseil d'entreprise est prévu le 7 février prochain. "Les pertes d'emplois sont estimées entre 10 et 24-25 personnes par hypermarché touché mais cela reste vague et variable. Plusieurs services sont touchés au siège mais où et combien de postes?", explique Mme Delmée. "Finalement, on n'en sait pas beaucoup plus. Nous voulons des réponses chiffrées sur les magasins lors du prochain conseil d'entreprise."

Du côté du Setca, on ne prévoit pas d'actions dans l'immédiat "sauf si cela pouvait dégénérer dans les assemblées de travailleurs".

Myriam Delmée indique aussi que sur le dossier de la digitalisation, la direction n'a parlé que de l'introduction de caisses self-checkout dans ses hypermarchés au cours des deux prochaines années, expliquant que ce type de caisse est apprécié des clients et est "idéal pour des achats rapides" et pour éviter les longues files.

Les syndicats rencontraient mercredi la direction de Carrefour dans le cadre de la première phase de la procédure Renault, initiée à la suite de l'annonce de la suppression de 1.233 emplois par l'entreprise la semaine dernière.


Le ministre flamand Muyters reçoit lui aussi des demandes d'employeurs pour réengager

Des employeurs écrivent au ministre flamand de l'Emploi Philippe Muyters en vue d'engager des travailleurs du groupe français de grande distribution Carrefour menacés par la restructuration annoncée la semaine dernière, a indiqué le ministre mercredi au parlement flamand. "Je reçois des e-mails d'employeurs qui me demandent de transférer les données du personnel de Carrefour licencié. Ils disent: j'ai des jobs (vacants), envoyez-les nous. On ne peut pas naturellement, c'est trop tôt. Le dialogue social est en cours et nous ne savons pas encore qui sera licencié. Mais nous transférons ces mails d'employeurs au VDAB", l'office flamand de l'emploi, a indiqué M. Muyters, en réponse à des questions parlementaires..

Mardi, à l'issue d'une rencontre avec la direction de Carrefour Belgique, le ministre wallon de l'Économie et de l'Emploi Pierre-Yves Jeholet n'avait pas dit autre chose. "La conjoncture actuelle montre qu'il y a des postes vacants en nombre relativement important, c'est donc un contexte d'emploi favorable à exploiter. Carrefour a d'ailleurs déjà été sollicité par d'autres employeurs" pour trouver des profils de travailleurs, avait-il expliqué.

Les opérateurs régionaux ont été mandatés dès vendredi pour élaborer un plan social d'urgence, qui passera très probablement par la mise en place d'une cellule spéciale Carrefour, en plus des outils classiques dont disposent le Forem, le VDAB et Actiris.