Economie Publier un faux avis ou un commentaire qui ne correspond pas à la réalité peut coûter très cher.

" Aujourd’hui, on a les outils pour retrouver d’où vient l’avis, on peut poursuivre la personne qui a publié un avis trop éloigné de la réalité et ça peut coûter très cher à cette personne ", témoigne Yvan Roque, président de la Fédération Horeca Bruxelles.

Les préjudices sont incalculables selon la gravité et peuvent coûter très cher à la personne qui publie un avis erroné. En effet, se présenter faussement comme un consommateur figure sur la liste noire des pratiques commerciales trompeuses. Ceci est passible d’une amende pénale de 26 à 10.000 euros, à majorer des décimes additionnels. Évidemment, le principe général de la responsabilité s’applique également. Celui qui cause un dommage par un faux commentaire, peut être condamné à indemniser ce dommage.

C’est pourquoi l’Inspection économique a analysé les pratiques des sites web les plus populaires en Belgique sur lesquels la publication d’avis est possible. Toutes les entreprises qui ont été contactées ou auditionnées sont conscientes de la problématique et utilisent des dispositifs de vérification permettant d’éviter au maximum la publication de faux commentaires.

D’ailleurs, si les consommateurs et les entreprises en sont victimes, elles peuvent signaler ces pratiques via le Point de contact national via le site web pointdecontact.belgique.be.

Cette pratique a également déjà fait l’objet d’une discussion au niveau européen dans le cadre du Groupe multilatéral sur les instruments de comparaison et a adopté des principes clés pour les instruments de comparaison, dont un point spécifique concernait les faux commentaires. Divers sites d’avis, parmi lesquels Trustpilot et Yelp, ont d’ailleurs souscrit à ces principes.