Economie Le tribunal doit trancher sur plusieurs propositions de reprise

PARIS Le Tribunal de commerce de Nanterre examinera lundi les différentes propositions de reprise déposées pour la chaîne française de moules-frites Léon de Bruxelles, a indiqué la direction du groupe qui n'a aucun lien avec le belge Chez Léon.

En décembre dernier, le Tribunal de commerce de Nanterre avait prorogé de six mois la période d'observation de Léon de Bruxelles, qui avait été placé en redressement judiciaire le 27 juin 2001. Outre un plan de continuation du principal actionnaire du groupe, sept plans de cessions possibles avaient été retenus par l'administrateur judiciaire fin 2001. Ce nombre s'est toutefois réduit depuis, estime la direction de Léon de Bruxelles.

Le plan de continuation a été déposé par la société Senimavi, qui regroupe des entrepreneurs, dont Jean-Louis Detry, actionnaire à hauteur de 12% et président du conseil de surveillance de Léon de Bruxelles.

La direction considère que ce plan permettrait de `maintenir l'activité de la totalité des restaurants et la sauvegarde de l'emploi sur tous les sites´. La chaîne compte 33 restaurants en France détenus en propre, ainsi que 4 franchisés non concernés par le plan.