Economie

IPM Group, qui édite notamment La Libre et La DH, a confirmé ce jeudi, par voie de communiqué, avoir adressé à la société Nethys une offre d’achat relative à son pôle belge presse. Cette offre a été envoyée lundi. 

"IPM conditionne son offre à la suspension du plan social en cours de négociation et à l’arrêt du projet de changement de format et de maquette du journal sur les rotatives de Rossel", stipule François le Hodey, CEO d'IPM.

Le patron de presse ajoute que "changer le format et la maquette du journal L’Avenir dans l’extrême urgence comme c’est prévu aujourd’hui, c’est faire courir inutilement un trop grand risque économique à l’entreprise. C’est aussi faire un pas de plus dans une potentielle consolidation sans ouvrir le débat du pluralisme".

Pour le groupe IPM, il serait beaucoup plus raisonnable de conserver le format et la maquette actuelle en transférant l’impression à Charleroi sur les rotatives du Groupe Riccobono, qui est le plus gros imprimeur de presse en France. "Il imprime notamment Le Figaro et Le Monde, il peut apporter toutes les garanties nécessaires", assure François le Hodey.

Selon ce dernier, vu le débat majeur ouvert sur le futur de l’Avenir et sur les conditions du pluralisme de la presse en Wallonie et à Bruxelles, "il serait logique que les partis politiques qui contrôlent l’Avenir via l’intercommunale Publifin prennent les initiatives urgentes qui s’imposent pour éviter que des décisions irréversibles soient prises dans la précipitation comme c’est le cas aujourd’hui".