Economie

Le personnel de L'Avenir a adopté vendredi, à une très large majorité, une motion qui sera publiée samedi en Une du quotidien. Les travailleurs se sont prononcés en faveur d'une solution qui associerait le groupe IPM à une société coopérative capable de peser dans l'actionnariat, a expliqué à l'agence Belga Emmanuel Wilputte, président de la société des rédacteurs. Le personnel plaide également pour une marche arrière quant au format du journal et un retour au "demi-berlinois". Lors de l'assemblée générale, qui a duré environ deux heures, vendredi après-midi, les travailleurs de L'Avenir se sont montrés favorables à la sortie des Editions de Nethys, une piste appuyée par Jean-Claude Marcourt et Daniel Bacquelaine dans la presse du jour, explique M. Wilputte.

Le personnel voit d'un bon œil l'offre du groupe IPM, mais il estime que ce seul actionnaire ne serait pas suffisant pour garantir un futur "serein" à l'entreprise et voudrait qu'une société coopérative capable de peser sur les décisions soit également créée.

Cette option n'avait d'ailleurs pas été rejetée lors de l'audition du CEO d'IPM, François le Hodey, devant le Parlement wallon, rappelle Emmanuel Wilputte, qui précise qu'aucune consultation en ce sens n'a eu lieu pour l'instant.

Les travailleurs de L'Avenir sont en tout cas "ouverts" à ce type de solution et prêts à travailler rapidement pour mettre une telle structure en œuvre, assure-t-il.

Le personnel a également tenu à envoyer un second signal au travers de la motion adoptée quant au format du quotidien, une question encore plus urgente, souligne le président de la société des rédacteurs. Le plan de restructuration de la direction annoncé fin octobre prévoyait que le quotidien serait dorénavant imprimé par le groupe Rossel à Nivelles et qu'il changerait de format. Une réunion des cadres de la rédaction, sans le directeur, avait analysé l'avenir rédactionnel du journal et insisté sur l'importance du demi-berlinois. Un message transmis au comité de direction mais qui est pour l'heure resté lettre morte.

Sur le site de L'Avenir ce vendredi, le président du conseil de la Province de Liège Jean-Claude Jadot (MR) affirme par ailleurs qu'il a inscrit le gel de la restructuration à l'ordre du jour du conseil d'administration de Publifin qui aura lieu vendredi prochain. Un point qui devrait logiquement recevoir le soutien des partenaires socialiste, écologiste et humaniste. Ce premier CA de l'intercommunale depuis les élections provinciales, qui aura lieu à 17h00 avant l'assemblée générale de Publifin, pourra enfin se réunir grâce à la désignation de quatre nouveaux administrateurs provinciaux.