Economie

La Belgian Cockpit Association (BeCA), qui représente les pilotes belges, et notamment ceux actifs chez Ryanair, demande vendredi à la compagnie aérienne à bas coûts de la clarté. Elle veut en effet savoir à partir de quand l'entreprise irlandaise est prête à reconnaître le droit belge sur le travail: 2020, comme elle se l'est entendu dire lors de négociations avec la direction, ou bien début 2019, à l'image de ce qu'ont dit plusieurs responsables ces dernières semaines? Une fois ce point fixé, les parties pourront alors commencer à discuter des conditions de travail. Début septembre, lors d'une entrevue à Bruxelles avec les syndicats et la BeCA, la direction de Ryanair y avait fait part de sa volonté de ne reconnaître le droit belge sur le travail qu'en mars 2020. Depuis lors, plusieurs hauts responsables de la compagnie ont déclaré, entre autres dans la presse, que l'entreprise était disposée à une telle démarche "début 2019".

Dans une lettre ouverte adressée vendredi au management de Ryanair, l'organisation de pilotes veut donc faire une mise au point et demande de la clarté sur la question. Aucun document officiel en sa possession (ou de celle des syndicats) ne fait en effet état de ce timing. Elle se demande dès lors si la confusion actuelle est fortuite ou organisée et si, dans ce dernier cas, la compagnie ne cherche pas simplement à gagner du temps.

Une fois l'application du droit belge entérinée, les pilotes pourront ensuite négocier "de manière constructive" leurs conditions de travail avec la compagnie irlandaise. Ce que "tous les pilotes Ryanair basés dans notre pays attendent avec impatience", selon la BeCA.

Depuis la grève européenne menée vendredi dernier notamment par les pilotes et le personnel de cabine en Belgique, aucune entrevue n'a eu lieu entre les parties et aucune n'est prévue pour le moment.