Economie

Michael O'Leary, le patron de Ryanair, l'a encore affirmé récemment : les poules auront des dents quand un syndicat entrera dans sa compagnie aérienne. C'est bien pourtant ce qui est en train d'arriver, puisque les appels à se syndiquer se multiplient auprès de son personnel, via notamment les associations de pilotes. Mais la compagnie irlandaise a une stratégie pour contrer cette fronde.

Dans une lettre , dont « La Libre » a eu copie, la direction de Ryanair propose ainsi aux pilotes de certaines bases, dont celle de Dublin,un nouveau bonus de 10 000 euros (5000 euros pour les copilotes). L'une des conditions pour obtenir cette prime est que ces derniers continuent de négocier avec Ryanair, via le système actuel des représentants de pilotes. Or ce système est contesté par les pilotes eux-mêmes, d'aucuns estimant que certains de ces représentants ne sont que des « pions » placés par Ryanair.

C'est notamment le cas dans la plus grande base de la compagnie irlandaise, Londres Stansted, où les pilotes parlent désormais à la place de leurs représentants. « Nous pensons que le système actuel de représentation a été mis en place pour accroître le pouvoir d'une seule personne : notre CEO (NdLR : Michael O'Leary) », écrivent ainsi les pilotes de Londres Stansted dans une lettre commune. « Ce système ne vise qu'à empêcher un dialogue constructif entre le staff et la direction ». Les pilotes sont en colère. « Cette semaine, notre CEO a menti au public sur l'extension du problème, il a menti aux passagers à propos de leurs droits sur les vols annulés ; sur la réelle raison qui fait que leurs vacances, mariages ou enterrements sont perturbés (...) Cela ne peut pas continuer. Nous devons stopper cette culture néfaste avant que quelque chose de vraiment horrible n'arrive », conclut le document.