Economie Les premiers sondages du Syndicat neutre pour indépendants parlent d’un recul de 2 %.

Depuis mardi, de nombreuses enseignes ont lancé leurs traditionnels soldes hivernaux. Après le premier week-end charnière vient le temps des premiers bilans, et 2017 ne démarre pas en fanfare si l’on en croit les chiffres du Syndicat neutre pour indépendants. "Selon notre première évaluation réalisée entre samedi après-midi et hier matin, on enregistre une baisse de 2 % du chiffre d’affaires par rapport à l’an dernier. Ce n’est pas dramatique mais 2016 n’était déjà pas fabuleuse."

La cause de ce démarrage relativement doux est à chercher dans le ciel. Non pas d’une volonté divine mais simplement de la météo rigoureuse. "Peu de gens sont sortis de chez eux avec ce temps, explique Sven Nouten, porte-parole du SNI. En plus, toutes les télévisions et les radios ont conseillé aux gens de rester chez eux à cause du verglas et des conditions difficiles, cela n’aide pas."

Normalement, le premier week-end des soldes est relativement important pour donner le ton de la saison, mais ce départ moyen n’est pas trop grave, selon le syndicat. Au SNI, on relativise : "Avec une météo plus clémente comme ce qui est prévu la semaine prochaine, les ventes devraient s’améliorer. Nous devrions donc repasser en positif."

Un secteur se frotte les mains de cette phase hivernale: l’e-commerce. On sait qu’il est en général le grand bénéficiaire de la mauvaise météo ou des événements.

Le secteur assure que les stocks sont gonflés et que les bonnes affaires seront encore nombreuses en cette deuxième semaine de soldes.

Pour rappel, 45,6 % des commerçants de proximité interrogés par l’Union des classes moyennes parlaient de stocks plus importants que la moyenne, en décembre. Seulement 12 % d’entre eux entamaient les soldes avec des stocks moins importants. Pourtant, la majorité des commerçants sondés (54,4 %) envisagent des ventes dans la moyenne pour les prochains soldes d’hiver. Seule une minorité d’entre eux (14,6 %) prévoit une augmentation de son chiffre d’affaires malgré les stocks importants.