Economie

Le SETCa et la CGSLB ont salué les propositions faites mardi par Ryanair pour tenter de relancer le dialogue social au sein de la compagnie aérienne irlandaise. 

"Ce pas en avant de la direction marque une réelle avancée dans le dossier", ont commenté les deux organisations alors que la CNE avait exprimé son insatisfaction plus tôt dans la matinée de mercredi. La direction de Ryanair se dit notamment prête à entamer des discussions en vue d'installer une représentation syndicale tant pour le personnel de cabine que pour les pilotes en Belgique. Elle affirme également être prête à inscrire la législation nationale sur le travail dans de futures conventions collectives (CCT). "Il s'agit là de deux de nos revendications essentielles", soulignent les formations socialiste et libérale.

L'échéance de 2020 souhaitée par Ryanair pour concrétiser cette représentation est par contre trop lointaine pour les syndicats qui espèrent avancer cela à 2019.

"On est loin d'un accord, mais pour nous la priorité est de se remettre autour de la table", a commenté Filip Lemberechts, secrétaire permanent CGSLB. Les deux ailes ont donc confirmé qu'elles ne prendraient pas part à la grève européenne menée chez Ryanair le 28 septembre prochain.

La CNE a indiqué dès mardi soir qu'elle prendrait part à cette grève, soulignant "la proposition inacceptable" de la compagnie. Le syndicat chrétien est largement majoritaire chez Ryanair.