Economie La Coupe du monde de football, dont le tirage au sort a eu lieu hier, n’avait jamais offert un tel pactole aux différentes équipes.

Si la Coupe du Monde de football 2018, dont le tirage au sort a eu lieu vendredi à Moscou, sera la plus chère de toute l’histoire avec un budget oscillant, selon les estimations, entre 25 et 32 milliards d’euros, elle sera aussi celle qui rapportera le plus aux trente-deux équipes qualifiées pour le plus grand événement sportif mondial.

La fédération internationale a, en effet, prévu une enveloppe globale de 665 millions d’euros pour couvrir les frais et les primes des différentes nations qui tenteront de succéder à l’Allemagne. Un budget en hausse de près de 40 % par rapport à l’édition 2014 !

Plus de la moitié de cette somme (344 millions d’euros) sera ainsi allouée au seul prize money qui remplira allègrement les poches des différentes fédérations nationales. Les seize équipes éliminées dès le premier tour sont ainsi d’ores et déjà assurées de quitter la Russie avec un chèque de 8 millions de dollars (6,7 millions d’euros). Soit douze fois plus, par exemple, que le… lauréat de la Coupe Davis. Ou treize fois plus que le maillot jaune du Tour France.

Le vainqueur de la finale moscovite repartira, lui, avec un joli chèque de 32 millions d’euros. Une somme qui a, elle aussi, gonflé depuis la dernière édition puisque l’Allemagne avait empoché un peu moins de 30 millions pour son succès au Brésil en 2014.

Les fédérations reversent traditionnellement une partie de ces revenus à leurs joueurs. Si les Diables Rouges atteignent les quarts de finale l’été prochain, ils seront ainsi chacun plus riches de 200.000 euros.