Van Rompuy relativise l'impact de la crise de la dette sur la croissance économique

Publié le - Mis à jour le

Economie

"Cette année, la zone euro ne connaîtra qu'une croissance négative de 0,3%. L'an prochain, la croissance sera d'1%", a dit Herman Van Rompuy


LOS CABOS Il importe de relativiser la portée de la crise de la dette sur la croissance dans la zone euro, a affirmé lundi le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, à l'entame d'un sommet du G20, à Los Cabos (Mexique). Le président du Conseil européen a donné une conférence de presse aux côté du président de la commission européenne, Jose Manuel Barroso. La crise de la dette et la situation de la Grèce attireront l'attention également de l'autre côté de l'océan.
"L'impact sur la croissance économique doit être relativisé. Cette année, la zone euro ne connaîtra qu'une croissance négative de 0,3%. L'an prochain, la croissance sera d'1%", a dit Herman Van Rompuy.


Celui-ci a précisé qu'à l'heure actuelle, la stimulation de la croissance économique était la plus grande priorité dans les capitales européennes. Le sommet européen de la semaine prochaine y sera d'ailleurs consacré.
Jose Manuel Barroso attend de ses collègues du G-20 qu'ils fassent part de leur confiance dans les démarches que l'union européenne a entreprises et entreprendra pour vaincre la crise.
"Ces étapes démontrent que le projet européen et l'euro sont irréversibles", a-t-il commenté.


Egalement présente à Los Cabos, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré à son arrivée au Mexique que lorsqu'il sera formé, le nouveau gouvernement grec devra respecter les engagements pris par le pays à l'égard de ses partenaires internationaux.


"Nous ne pouvons pas définir un compromis sur les différentes étapes des réformes sur lesquelles il y a un accord", a-t-elle souligné.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner