Economie Le marché a tourné à plein en 2017. Et pourrait bien aboutir sur la deuxième année la plus prolifique de notre histoire…

Vous avez aimé le tube 2016, année record en matière de ventes de voitures en Belgique depuis bien longtemps ? Vous allez adorer 2017, l’année qui fera encore mieux !

Au 6 décembre, selon les données officielles de la Febiac, 526.996 véhicules neufs avaient déjà été immatriculés en Belgique. Ce n’est que 12.523 unités de moins que le chiffre que le compteur avait arrêté sur toute l’année 2016 : 539.519 nouvelles immatriculations.

Or, un mois de décembre traditionnel tourne autour des 30.000 immatriculations neuves supplémentaires. "Le marché de l’automobile neuve devrait donc finir l’année aux environs des 550.000 unités, ce qui est une très belle performance", nous confirme Christophe Dubon, de la Febiac.

Ce n’est toutefois pas un record historique: l’année intouchable reste 2011. On y avait immatriculé 572.211 nouveaux véhicules. Il y a une explication très claire à ce cru exceptionnel : c’est celui où le gouvernement Leterme II avait statué sur la fin de la prime au CO2 dès le 31 décembre 2011.

Ce qui avait inévitablement provoqué un rush en concessions sur les motorisations diesel, avant que l’incitant fiscal ne s’évapore…

2010, avec 547.347 voitures neuves écoulées, est toujours à ce stade la deuxième année la plus prolifique de l’histoire de notre marché.

2017 est clairement capable d’aller la chercher : vu l’agressivité de certaines conditions salon et le rush sur les Plug-In Hybrid (à cause de la fiscalité de l’impôt des sociétés, bien plus stricte dès ce 1er janvier 2018), on voit mal comment il ne se vendra pas, au moins, 20.000 autos d’ici à ce que l’on sorte paillettes et cotillons…