Edito Si l’on en juge par le ton et les intonations de son discours de ce dimanche, Elio Di Rupo était en grande forme au congrès du Parti socialiste. Malgré son âge et sa longévité que même les plus fidèles critiquent en interne, le Montois est parvenu à faire vibrer encore un peu les courageux militants socialistes.

La Dernière Humeur est signée Michael Kaibeck.