Edito

Par Jean-Marc Ghéraille.

Le désamour pour la politique n’est pas neuf. Nous avons l’indicible impression qu’il s’accentue, que le gouffre se creuse.

(...)