Faits divers

Deux maîtresses placées sous mandat d’arrêt hier pour coups et blessures ayant entraîné la mort

BRUXELLES Le corps sans vie d’un client a été trouvé mardi après midi dans les douches d’un club SM aménagé dans une villa-château à Brecht, près d’Anvers. Le parquet d’Anvers est descendu sur les lieux. Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime, âgée de 52 ans, de nationalité britannique, est morte par asphyxie lors de jeux sexuels de soumission. Deux femmes, une dominatrice et son assistante, ont été placées sous mandat d’arrêt hier après midi et inculpées de “coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ”.

Ce décès est le second en trois semaines en Belgique dans les milieux BDSM .

Fin mai, un homme de 57 ans avait été trouvé mort, dans les caves d’un club SM à Edelgem, également en région anversoise et également décédée lors de jeux sexuels, une ceinture ou un collier de soumission autour du cou (l’asphyxie érotique est censée accroître l’excitation et le plaisir sexuel). La victime, un directeur de banque originaire du Brabant flamand, était mariée et père de deux enfants. Son épouse, qui le croyait à l’agence, ignorait tout de ses activités.

Pourtant, à la différence des deux dominatrices de Brecht, celle d’Edelgem n’a pas été inquiétée par la justice. Cette dame n’était pas présente. Elle louait ses installations; le client, qui pratiquait l’autobondage, s’y était d’ailleurs enfermé.

Quant au club de Brecht, il recrutait via son site mrslucrezia.com . C’est un club actif depuis deux ans. Il est situé près de la sortie 3 de l’E19. Mais les scellés ont été mis mardi soir après la découverte du client mort dans la douche.

Des voisins avaient demandé à maintes reprises au bourgmestre d’intervenir. Car, selon eux, tout ne se passait pas à l’intérieur et à l’abri des regards. Des scènes avaient parfois lieu dans le jardin. Mais les autorités n’étaient jamais intervenues, considérant que ces pratiques entre adultes relevaient de la sphère privée. Les seuls contrôles avaient porté sur la sécurité (anti-incendie, etc.).

On y pratiquait à peu près tout ce qui se fait en matière de domination, golden shower (pluie dorée) et le scatologique brown shower; multiples variantes de bondages y compris la momification sexuelle; fixations, pendaisons et crucifixions érotiques; et différents types extrêmes de tortures.

Les deux arrestations et les inculpations de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort découlent des résultats de l’autopsie. Hier soir, le parquet d’Anvers se refusait à tout commentaire.



© La Dernière Heure 2010