Faits divers 600 plants et de la coke pure ont aussi été retrouvés en possession d’un gérant de snack.

C’est l’une des plus belles prises de ces dernières années dans l’arrondissement judiciaire de Charleroi. Et c’est à la police locale de Châtelet-Aiseau-Farciennes qu’il faut attribuer le démantèlement de ce trafic international de cannabis, cocaïne et héroïne. En mars dernier, les enquêteurs ont appris qu’un gérant de snack de la localité et une sexagénaire (déjà condamnés à l’étranger pour trafic de stups) réceptionnaient des containers chargés de drogue au port d’Anvers, pour écouler ensuite la marchandise dans la région de Charleroi. "La police de Châtelet s’est concentrée sur ce dossier, mettant parfois d’autres tâches entre parenthèses vu le manque d’effectifs", explique Vincent Fiasse, procureur du Roi de division. "D’importants moyens, comme des écoutes et des observations, ont été mis en place et ont permis le démantèlement de ce trafic. Le 4 juin, le suspect principal était interpellé à son retour des Pays-Bas en possession de 350 grammes de cocaïne pure. Une quantité qui peut être coupée et rapporter deux à trois fois plus".

Deux jours plus tard, une souricière a été tendue au port d’Anvers où la sexagénaire et trois complices étaient pincés en flagrant délit, alors qu’ils déchargeaient un container de meubles renfermant… 225 kilos de résine de cannabis ! Lors d’une visite domiciliaire chez l’un des suspects, 450 grammes de cocaïne pure ont encore été saisis, sans parler d’une somme d’argent considérable. "Dans un entrepôt situé à côté du snack de Châtelet se trouvaient aussi 600 plants de cannabis", poursuit Vincent Fiasse. "Au total, six suspects ont été placés sous mandat d’arrêt. Selon les premiers éléments, il apparaît qu’au moins deux containers semblables ont été importés du Maroc en 2016. Mais le trafic remonterait déjà à 2011".

Le parquet de Charleroi se réjouit du travail accompli par plusieurs zones de police locales, malgré leurs faibles moyens : "Il s’agit du troisième trafic d’ampleur démantelé en peu de temps. L’an dernier, l’opération Zigoto menée par la zone de Fleurus avait permis la saisie de 200 kilos de cannabis et la condamnation à 10 ans de prison du dirigeant. Récemment, 17 personnes ont encore été arrêtées : elles écoulaient jusqu’à 10 kilos de marijuana par semaine".