Faits divers Ambiance surréaliste dans le centre de la capitale. Rien de plus normal, la Zinneke parade est passée par là

Les plus beaux instantanés de la parade

BRUXELLES Il est sans doute fort lointain, le temps où le boulevard Anspach humait bon... le crottin de cheval. Eh oui! La Zinneke parade est passée par là. Surréaliste et délirante au possible, cette fête populaire par excellence a rendu, le temps d'un après-midi, la ville à ses citoyens.

Lentement, la première Zinnode s'est mise en branle de la gare du Midi. Une brève averse rappelait à tous que les cieux restaient maîtres de la situation. Le ciel sonnait le départ de la parade. Un avertissement parfaitement compris par cette Zinneke 2002, justement axée sur le thème de la Zinnergie.

La cité Bruxelles s'est donc parée des couleurs les plus folles, des sons les plus percutants, des danses les plus originales et a accueilli les quelque 300.000 à 400.000 curieux (selon les estimations de la police), massés où ils pouvaient, dans l'espoir d'apercevoir les Zinnodes venues de toute la Belgique, parfois même de l'étranger. Une troupe de musiciens a fait le déplacement de Paris.



Accompagnés par quelques Normands, ces joyeux lurons chantaient en coeur quelques chansons révolutionnaires.

Hier, tout était permis. Assis dans la rue, à même le sol, perché sur le toit de la tour Anspach ou accroché sur les échafaudages d'un immeuble en construction, toutes les solutions étaient bonnes pour admirer le délirant cortège.

En tête, une Zinnode de Boitsfort déguisée en nuages de coton et toiles bleu ciel entonne des chants révolutionnaires. Les chanteurs sont bruxellois et normands, la fanfare vient de Paris. `Une fête absolument extraordinaire, pour Francis le Parisien. Je n'avais jamais vu de telle manifestation publique. Il n'y a qu'en Belgique que l'on peut assister à ça´, clame-t-il avant de reprendre son trombone.

Vers 18 h, vers la fin de la parade que Tlaloc, dieu grec de la pluie, se manifestait de nouveau, la fête touchait à sa fin. Le cortège se disloquait dans les profondeurs du boulevard Albert II. La fête était finie. Pas tout à fait. Des liens se sont créés, des amitiés sont nées. Et chacun promet de se retrouver bien avant la prochaine édition. Les Zinneke fouleront de nouveau les pavés bruxellois dans deux ans. Cette fois, ils viendront de tous les pays. La troisième édition sera transnationale.





Eole, plus fort que le tempo...

BRUXELLES Tout de bleu vêtus, les Zinnekes de Soignies trépignent d'impatience. Placés en fin de parcours, ils partiront bien après les premiers. Qui sème le vent récolte le tempo... L'air, la musique, le vent, le rythme. Voilà le thème de leur Zinnode.

En clair, la parade représente le peuple de l'air. Né grâce au vent, il réunit hommes et femmes, ensemence et fait voler les oiseaux chanteurs. Mais un jour, le dieu du vent a disparu. Le peuple de l'air part alors à la recherche des poches d'air existant un peu partout sur la planète.

Enthousiaste comme jamais, les membres de la Zinnode de Soignies ont fait les choses en grand. `La pluie a endommagé l'un des chars, explique l'une des Zinneke. Nous avons dû le refaire quasiment entièrement ce matin. Mais il est là, beau et propre comme un sou neuf.´

Autre incident d'avant-parcours, certains parents ont longuement hésité avant de laisser leurs enfants participer à la parade. `Avec les événements qui se sont déroulés à Schaerbeek il y a quinze jours, plus la fusillade rue Neuve cette semaine, j'étais un peu inquiet de laisser mon fils, seul monter à Bruxelles. Finalement, les parents les ont accompagnés. La belle affaire pour la Zinnode, qui a toujours besoin de bras.

Autour de leur parade virevoltent quelques énergumènes. Ils sont les pets ! `Les pets sont chargés de veiller à la sécurité des Zinnekes, surtout des enfants. On regarde aussi si tout se passe bien.´ Un rôle de composition plus qu'éphémère, mais `diablement intéressant à interpréter,´ assure l'un d'entre eux. On le croit sur parole.



`Sa mère a dit oui´

BRUXELLES Alain Meert a reçu l'accord de sa maman pour parcourir l'Europe en caravane. Son premier périple, il a décidé de le faire avec la Zinneke parade. L'histoire a commencé par un rêve de gosse, un projet un peu fou qui a pris forme autour d'une vieille caravane.

L'idée d'Alain, promu directeur artistique de la Zinnode pour l'occasion et de ses amis du Creahm (Créativité et Handicap mental) de Liège, était d'organiser un grand rassemblement de caravanes et de parcourir l'Europe ensemble. Entièrement redécorée aux couleurs de la Belgique, elle est tirée par quatre vélos géants.

A l'arrière, on peut lire en lettres blanches: `Ma mère a dit oui!´ Oui pour parcourir l'Europe. Oui pour aller à la rencontre de nouveaux paysages, de nouvelles cultures. Et surtout, oui pour participer à la Zinneke parade, premier périple de cette Zinnode liégeoise, associée pour l'occasion au Zinnopôle Nord.

La moto de presse accompagne ce cortège très médiatique tandis que les jeunes Liégeois transportent leurs valises avec eux. Juste au cas où. Un peu plus loin, une coupe du monde géante aux couleurs nationales se déhanche au rythme de la musique. `C'est une idée d'Alain, explique Béatrice, directrice artistique en second. Il est absolument fan de l'équipe de foot de Belgique.´