4 condamnés sur 10 retournent en prison

Gilbert Dupont Publié le - Mis à jour le

Faits divers

Et la moitié… dans les 18 mois ! C’est maintenant prouvé

BRUXELLES Une étude sur la récidive en Belgique – réalisée entre août 2011 et février 2012 sur 46.789 libérations intervenues entre 2003 et 2005 – montre que 44,1 % des personnes remises en liberté ont été réincarcérées, la moitié dans les 18 mois de leur libération et plus de 12 % sont retournés en prison plus de trois fois. En Belgique, 44 % des condamnés retournent en prison et la moitié dans les 584 jours de leur sortie de prison.

Première du genre, en tout cas d’une telle ampleur, l’étude est réalisée par l’Institut National de Criminologie et Criminalistique, en particulier deux chercheurs, Eric Maes et Luc Robert. Elle est basée sur des données de la banque de données pénitentiaires Sidis-greffe, et des chiffres arrêtés au 8 août 2011.

55,9 % des personnes sorties de prison en 2003, 2004 ou 2005, n’ont pas été réincarcérées depuis lors

20,8 % l’ont été une fois.

12 % l’ont été deux fois.

5,8 % ont été réincarcérées à trois reprises.

3 %, 4 fois

Et 2,5 %… cinq fois ou plus !

Cette étude sur la récidive, que publie Le Journal de la Police, interpelle.

Quant à l’âge : elle apprend qu’un condamné âgé de 20 ans au moment de sa libération court 4,248 fois autant de risques de réincarcération que ceux âgés de 60 ans.

Une personne qui sort de prison la première fois court trois fois moins de risque d’y retourner que la personne déjà incarcérée cinq fois : la récidive appelle la récidive.

Sur le port du bracelet électronique : les condamnés “surveillance électronique” courent deux fois moins de risque de réincarcération que ceux qui n’ont pas eu le relatif privilège de subir tout ou partie de leur peine avec un bracelet à la cheville.

Sur la durée de la peine : comparé à ceux qui ont séjourné maximum un an en prison lors de leur libération, ceux qui ont séjourné plus de 5 ans courent 1,380 fois autant de risque de réincarcération.

Gage de fiabilité, l’étude est donc réalisée sur 46.789 libérations (total de 15.977 libérations en 2003, 15.342 en 2004 et 15.470 en 2005).

Elle tendrait à démontrer que la région de prison jouerait un certain rôle dans le risque de réincarcération et que la Flandre serait “plus punitive” et la Wallonie et Bruxelles “plus laxistes”. Conclusions qui, selon leurs auteurs, demandent toutefois à être approfondies et précisées par des études supplémentaires.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner