Faits divers Dans 60% des cas, une erreur du personnel SNCB en cause

BRUXELLES L'accident de Pécrot est le 50ème accident grave à survenir depuis début 89 sur le réseau belge des chemins de fer.

Victimes de Pécrot non comptabilisées, ces accidents ont provoqué, parmi le personnel SNCB, la mort de six personnes, blessé 13 autres et contusionné 21 autres. Côté usagers, ils ont fait 3 tués, 137 blessés et 382 contusionnés.
Dans 60% des cas, le drame est du à une erreur du personnel. Pour 30%, il s'agit de fautes de tiers. Pour 6,5%, c'est un défaut technique qui est à l'origine de l'incident et pour 2% ce sont les conditions atmosphériques extraordinaires qui sont en cause.
Le dernier accident qui avait coûté la vie à des clients de la SNCB remontait au 11 avril 1996. A Roulers, un train avait alors déraillé sur un passage à niveau, tuant deux passagers et blessant 54 personnes. C'est une barre de fer, perdue par un dépanneur sur le passage, qui s'était coincée dans les voies et avait fait déraillé le train arrivant tout près de la gare. Mais il faut remlonter moins loin pour des tragédies coûtant la vie à des cheminots.
Rappel non exhaustif des derniers accidents qui ont fait des victimes chez les membres de la SNCB.
11 janvier 2001. Marc Denis, conducteur de locomotive, meurt suite à une collision de deux trains à
Waremme. On dénombre deux blessés, également employés à la SNCB. Ils s'en sont sortis heureusement avec de très faibles séquelles.
21 avril 2000. Des enfants font dérailler un train à Aiseau-Presles. Un conducteur est tué et quatre accompagnateurs sont blessés.
20 janvier 2000. Un autre conducteur, d'un train de marchandises cette fois, est mort le 20 janvier 2000, dans un déraillement en gare de Stockem, près d'Arlon. Le convoi est arrivé beaucoup trop vite sur un aiguillage.
22 décembre 1999. A Muizen (près de Malines), un ouvrier en train de graisser un aiguillage a été happé et tué par un train.
28 novembre 1999. A Hatrival (Saint-Hubert), un technicien travaillant à la signalisation est happé par un train. Il succombe à ses blessures.
22 mai 1996. Du haut d'un pont à Anderlecht, deux jeunes jettent un morceau de béton, qui pulvérise le pare-brise d'un train et tue le conducteur sur le coup.
On peut encore relever deux accidents graves. Le 14 aout 2000, une collision implique deux trains à Liège. Une vingtaine de blessés sont dénombrés, dont un conducteur.
Le 28 janvier 2000, une collision survient à Herentals entre le train IR Anvers-Neerpelt et l'IR Turnhout-Manage. A moins d'un kilomètre de la gare, la collision frontale est très violente. Quelque 71 voyageurs sont blessés, dont 26 assez gravement. Y figurent 4 agents de la SNCB.