Faits divers

Pour Denis Ducarme, la liberté religieuse n’est plus assurée pour les détenus

BRUXELLES Les émeutes à la prison d’Andenne faisant suite à une note réglementant la pratique de la prière au sein de l’établissement ont causé d’importants dégâts tels qu’un tiers de la prison est endommagée.

C’est l’occasion pour le député fédéral Denis Ducarme (MR) de dénoncer le prosélytisme islamiste dans nos établissements pénitentiaires.

Un phénomène qui prend de l’ampleur et contre lequel il est temps d’agir, estime le député qui interpellera le ministre de la Justice à ce sujet ce mercredi.

Denis Ducarme réclame une enquête sur le prosélytisme islamique dans nos prisons.

“La liberté religieuse n’est plus assurée dans nos prisons. On assiste à un achat de la tranquillité contre la pratique de l’islam salafiste en prison. De nombreux détenus se sentent obligés de pratiquer pour que les autres ne les harcèlent pas. Avec la conséquence aussi qu’un certain nombre de personnes ressortent de prison avec une tendance à l’intégrisme qu’elles n’avaient pas auparavant et des messages qui ne sont pas ceux véhiculés par l’islam d’ouverture mais des idées salafistes”, affirme Denis Ducarme qui se base notamment sur le nombre de repas halal servis en prison pour appuyer ses propos.

“En dix ans, le nombre de repas halal servis en prison a spectaculairement augmenté, si bien qu’à l’heure actuelle ils représentent 70 % des plats servis dans nos établissements pénitentiaires. Dans certaines prisons, certains vont jusqu’à demander que le Coran leur soit apporté en cellule uniquement par quelqu’un de confession musulmane. Dans certains établissements, on aménage des locaux spécialement pour la prière au détriment parfois du reste. Le problème est que chaque direction doit gérer à sa manière avec pour conséquence qu’on s’est trop mis la tête dans le sable par endroits”, estime le député libéral.

Pour Denis Ducarme, il est temps “de cesser de se voiler la face”. “Il faut des mesures adéquates et identiques dans toutes les prisons concernant la pratique du culte. Il faudrait peut-être aussi regrouper les personnes les plus influentes dans une seule aile pour qu’elles n’aient pas d’impact sur les autres détenus.”



© La Dernière Heure 2011