Faits divers Son mari, qui tentait de la sauver du canal Albert, a lui aussi perdu la vie

Une mauvaise manœuvre avec un vélo électrique a coûté la vie mardi à Mieke Bylois, 72 ans, et Henry Kelchtermans, 80 ans, un couple de Bilzen (Limbourg) qui roulait le long du canal Albert. "Selon les données dont nous disposons, il semble que la femme qui roulait sur le vélo électrique qu’elle avait loué est tombée dans l’eau la première", résume-t-on à la police locale. "Son mari a abandonné sur la berge son vélo, qui n’était pas pourvu d’un moteur électrique, ainsi que quelques affaires personnelles et il a tenté de sauver sa femme. C’est ainsi qu’il s’est lui-même retrouvé à l’eau".

Aucun des deux retraités n’a pu retourner sur la berge après l’accident. "Un passant a découvert plus tard dans l’après-midi le vélo et les effets personnels du monsieur mais, à cet instant, le couple était déjà mort par noyade. Un corps a été repêché mercredi après-midi tout près de l’endroit où l’on avait retrouvé le vélo. La deuxième victime a été retrouvée à six kilomètres de là. Il est probable que le manque de pratique de la conduite d’un vélo électrique est à la base de ce tragique accident."

An Nijs, qui était amie depuis plus de vingt ans avec le couple, raconte : "Nous savions que Mieke voulait essayer un vélo électrique et qu’à terme elle avait l’intention d’en acheter deux. Mais nous n’avions jamais pensé qu’une innocente course d’essai allait conduire à ce terrible drame."

"Tout notre groupe d’amis, avec lequel nous nous baladions chaque semaine à vélo, est sous le choc. Deux personnes sportives qui, quasiment tous les jours, sortaient pour pratiquer le fitness, se promener ou rouler à vélo ne sont plus des nôtres. Ils étaient si gentils. Un couple sociable sur qui on pouvait compter."

L’accident fait également réfléchir les amis de Bilzen aux dangers des vélos électriques. "Si des leçons de conduite étaient obligatoires pour celui qui loue ou achète un de ces engins, ce ne serait peut-être pas arrivé. Parce qu’une fois qu’un moteur électrique aussi puissant vous fait dévier de votre trajectoire suite à une fausse manœuvre, vous ne pouvez probablement plus rien corriger."

Nijns, qui habitait depuis quinze ans à côté de Mieke et Henry, se souviendra toujours d’un de leurs derniers repas. "Mieke disait toujours que, s’il arrivait quelque chose à son gentil mari, elle préférait partir avec lui."

Les accidents mortels à bord de vélos électriques arrivent chaque année, mais en petit nombre. "En 2016, il y a eu huit accidents mortels et quatre durant la première moitié de 2017, détaille Stef Willems de Vias (ex-IBSR). Au cours des six premiers mois de cette année, on a dénombré au total 360 accidents corporels avec des vélos électriques. La plupart du temps, il s’agit de personnes âgées, bien que l’âge moyen soit descendu de 59,1 ans en 2015 à 55,9 suite à la popularité croissante de ce type de vélos."

Il apparaît tout de même que 208 des victimes de ces six premiers mois avaient dépassé les 55 ans et que leurs blessures étaient plus graves que lors d’une chute avec un vélo simple. "C’est dû à une combinaison de facteurs, comme l’âge des utilisateurs, parce que plus vous êtes vieux, plus vous êtes fragile, la vitesse de ces vélos électriques et le fait qu’on les utilise pour des plus longues distances".