Faits divers L’homme encourt une peine de 15 ans de prison ferme devant la cour d’appel.

Un homme qui dit s’appeler Walid Gabsi et être âgé de 25 ans encourt 15 ans de prison ferme devant la cour d’appel de Liège pour avoir violé une dame âgée de 86 ans !

Difficile de connaître l’identité exacte de l’intéressé puisqu’il a donné aux autorités pas moins de cinq noms différents avec des dates de naissances différentes. Suivant une audition ou une autre, il est soit libyen, soit syrien… Mais son ADN a permis de le relier à un fait sordide commis le 30 janvier 2017 dans le quartier Sainte-Véronique à Liège.

Une agression violente qui dépasse l’entendement. Cette nuit-là, un agresseur s’est introduit dans le domicile d’une octogénaire en fracturant une fenêtre de son habitation. L’homme est entré dans les lieux. Alors qu’il se trouvait à l’intérieur, il est tombé nez à nez avec l’habitante de l’immeuble, une dame particulièrement vulnérable en raison de son âge.

La victime a sans doute eu la peur de sa vie. Elle a tenté de parlementer avec son agresseur pour que celui-ci ne lui fasse pas de mal mais cela n’a eu aucun effet sur l’homme. Ce dernier lui a fait subir les pires sévices pendant plusieurs heures. Il a menacé la dame de la tuer. Il l’a également violée ! Il lui a posé un oreiller sur le visage pour la faire taire et l’empêcher de prévenir ses voisins.

La victime a sans doute cru qu’elle allait perdre la vie pendant cette agression bestiale. Elle a supplié son agresseur de mettre fin à son calvaire mais il n’en a rien fait. L’octogénaire s’est débattue, mais l’homme était trop fort pour qu’elle puisse lui résister.

Un expert médical a déterminé que la victime garderait des séquelles permanentes.

Les enquêteurs du laboratoire de la PJF de Liège ont relevé des traces de sperme et de sang sur place. Ces relevés ont été comparés à la banque de données des délinquants connus en France pur avoir commis des faits d’agression sexuelle.

En effet, c’est grâce à une commission rogatoire que les policiers belges ont eu accès à ces données. Il est apparu que Walid Gasbi avait été interpellé dans l’Hexagone pour des faits d’agression sexuelle.

L’ADN retrouvé chez l’octogénaire et celui du suspect correspondent. En instance, l’homme a écopé de 10 ans de prison ferme. En appel, le parquet réclame une peine de 15 ans. L’avocat a plaidé le doute en estimant que les conditions des prélèvements n’étaient pas claires.