Faits divers

Kevin Maes a 32 ans. Ce ressortissant belge vivant à Bangkok a été accusé du meurtre de son meilleur ami en 2016, relatent nos confrères de Het Belang Van Limburg. En première instance, il a été condamné à quatre ans de prison.

Il explique qu’il n’est pas responsable. Que tout cela n’est qu’un mauvais rêve. Qu’il a été médiateur lors d’une discussion animée et qu’il n’a rien à voir avec le décès de son ami. Il lance, depuis Bangkok, un crowdfunding pour pouvoir financer sa défense.

"Depuis deux ans, j’ai été injustement accusé d’avoir assassiné mon meilleur ami, Siva Ramalingam (29 ans) , et les frais de justice s’épuisent, dit-il à nos confrères. Des milliers d’euros par mois. Avocats, procédures de visa, frais pour ma sortie, tout ça m’a coûté plus de 200.000 euros. Les ressources s’épuisent. Et je ne peux pas emprunter plus d’argent ou demander à la famille et aux amis."

Crise cardiaque

L’Anversois d’origine se souvient des faits : il y a deux ans, la tentative de médiation dans l’appartement de l’ex-épouse de Siva, Sarah Gieghase (38 ans), a viré au drame.

"Siva était ivre et sous l’emprise d’analgésiques le 28 mai 2016", explique-t-il.

Siva a eu un enfant avec Sarah. Celle-ci a menacé de quitter le pays en l’emmenant. Il a alors menacé son ex-compagne. L’Anversois serait alors intervenu, tentant de "calmer le jeu". Mais Siva était violent. Kevin Maes et un ami ont maintenu l’homme jusqu’à l’arrivée de la police. Il ajoute que l’état de son ami n’était pas alarmant lorsque la police est arrivée. Il a repris la vie nocturne… jusqu’à l’appel de la police, annonçant que son ami avait succombé à une crise cardiaque.