Faits divers Au compte-gouttes, les révélations se poursuivent dans "l'Affaire Maëlys", du nom de cette fillette de 9 ans disparue après un mariage fin août en France.

Nos confrères de l'Express ont eu accès à un procès-verbal d'audition du principal suspect, Nordahl L. Cette audition date du dimanche 3 septembre, nous sommes 6 jours après la disparition de la fillette.

Dans un premier temps, les enquêteurs reprochent au suspect de changer de version, d'avoir des propos contradictoires. "Non, je n'adapte pas, leur répond-t-il. J'essaie de me rappeler des souvenirs de cette soirée au maximum." L'homme explique ses contradictions en ajoutant qu'il y avait "beaucoup d'alcool, le fait de reparler, ça fait des flashes".

Et puis vient le moment d'évoquer les contacts qu'il aurait pu avoir avec la fillette. Au moment d'évoquer les traces d'ADN de Maëlys dans sa voiture, l'homme évoque un épisode dans la salle de mariage. "Quand j'étais à table et qu'elle a vu la photo de mes chiens sur mon téléphone, j'ai parlé avec cette petite. C'était la première fois que je la voyais", raconte-t-il aux enquêteurs. L'homme ajoute qu'à ce moment-là, la mère de la fillette était présente, ce qu'elle conteste.

"Je ne me rappelle pas l'avoir touchée"

Plus tard, la fillette s'approche de la voiture selon la version du suspect. Elle serait avec d'autres enfants dont un "petit blond avec un ballon". La présence de ce deuxième enfant au mariage n'a jamais été confirmée par les enquêteurs. Le suspect explique qu'ils étaient venus voir si les chiens se trouvaient bien dans sa voiture. "J'avais ouvert côté passager. Je leur ai montré, le petit blond est monté et Maëlys aussi, ça a duré 5-6 secondes".

Après quoi les enquêteurs lui demandent s'il a touché la fillette. La réponse ne convainc pas les policiers. "Je ne me rappelle pas l'avoir touchée, peut-être en l'aidant à descendre de la voiture car c'est une trois-portes. Je ne me rappelle pas l'avoir prise dans les bras".

A l'heure actuelle, le suspect est toujours en prison. La fillette, elle, reste introuvable.