Faits divers La police le soupçonne d’être passé, en un temps record, de la Une des médias aux machines à sous.

Le juge d’instruction de Liège, Micheline Rusinowski, a inculpé et placé sous mandat d’arrêt un suspect fiché depuis des années au grand banditisme. Kenan Guzel a été interpellé ce week-end lors d’une descente de police à Seraing dans un établissement appelé Les Jumeaux. Les enquêteurs disposaient d’informations indiquant que Kenan gérait l’établissement où des machines à sous, dont des bingos, étaient exploitées sans licence préalable délivrée par la Commission des Jeux de Hasard.

Occupé à devenir sur Liège le roi du Bingo, le nom de Kenan Guzel était apparu dans les médias en lien avec une organisation criminelle de braqueurs. En février 2017, les journaux décrivent Kenan comme "la tête pensante de l’organisation responsable d’une demi-douzaine d’attaques sur des fourgons blindés à Glons, Herstal et Oupeye ainsi que dans le Namurois et le Limbourg". Des attaques commises "en 2005 et 2006" , ajoutent les médias, "à la Kalachnikov et au lance-roquettes".

Il est rappelé que lors d’un procès en 2013, le substitut liégeois Renaud Xhonneux soulignait "la violence inouïe" déployée par "l’équipe de huit braqueurs" ainsi que son "mépris à l’égard de la vie d’autrui". Et Kenan Guzel, le 3 février 2017, est bien décrit comme "la tête pensante de l’association".

Moins risquée , l’exploitation des bingos serait-elle aussi juteuse ? De notre enquête, il apparaît que Kenan Guzel serait devenu le gérant de fait d’une SPRL disposant d’une licence de placeur de jeux dont l’activité consiste à acheter des bingos et autres machines d’amusement, à les placer dans des débits de boissons et à récolter les gains auprès des cafetiers. La loi sur les jeux interdit à la même personne d’être placeur de jeux et exploitant de café.

Une femme de paille serait placée à la tête de la société verviétoise et Kenan Guzel aurait ainsi directement ou indirectement des intérêts dans de nombreux établissements à Liège, Herstal, Seraing, Cheratte et Saint-Trond. C’est ce que l’instruction pénale devra vérifier car à ce stade, Kenan, s’il est inculpé et privé de liberté, est évidemment présumé innocent. Kenan Gezal aurait récemment acheté de nombreux bingos et machines 3.3. Lors de la descente de police ce week-end à Seraing, des indices ont été trouvés, attestant aussi de l’organisation de parties de cartes. Et des bingos ont été saisis.