Faits divers

Dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Sofie Muylle, une reconstitution a été organisée mercredi matin à Knokke. Le suspect principal, Alexandru C., nie toujours son implication. 

Il s'est toutefois montré collaboratif lors de la reconstitution des faits, selon le parquet. Le ressortissant roumain âgé d'une vingtaine d'années est suspecté d'assassinat mais également de viol et de torture ayant entraîné la mort. Le corps de la victime avait été découvert le 22 janvier 2017, vers 12h00, sur la plage de Knokke, sous une terrasse. L'autopsie avait révélé que Sofie Muylle avait été tuée de façon violente durant la nuit. Les circonstances exactes de son décès demeurent cependant floues alors qu'elle était de sortie avec son compagnon le soir des faits.

Le 26 juin, Alexandru C. avait été interpellé en Roumanie, après l'émission d'un mandat d'arrêt européen à son encontre. Des caméras de surveillance ont surpris l'homme en train de déambuler durant plusieurs heures à proximité du cadavre de la victime. Son ADN a également été retrouvé sur le corps de la jeune femme mais l'intéressé continue de nier toute implication dans la mort de celle-ci. La défense déduit en outre d'un rapport d'expertise judiciaire qu'il ne serait peut-être même pas question d'assassinat.

Alexandru C. est inculpé depuis lors de viol, tortures et agression sexuelle avec à chaque fois la mort comme conséquence. L'homme risque pour ces faits jusqu'à 30 ans de prison.

La reconstitution de mercredi doit éclairer les circonstances précises dans lesquelles se sont déroulés les faits. Le parquet n'a pas fait de commentaire mais a souligné la bonne volonté du suspect lors de cet acte procédural.

© Belga
 
© Belga
 
© Belga