Faits divers

La police diffuse la vidéo glaçante de l’assassinat en rue à Molenbeek de Deniz L. qui a tenté désespérément d’échapper à ses tueurs.

Que cache cette incroyable vidéo diffusée depuis hier par la police fédérale, de l’assassinat commis le 15 septembre 2016, en rue, à Molenbeek, par des tueurs portant des masques de Fantômas ? Une exécution de type mafieux sur laquelle le parquet restait très discret. On assiste en direct à l’exécution chaussée de Ninove, devant la gare de l’Ouest, dans son Audi A3, d’un certain Deniz L. qui tente désespérément d’échapper aux tueurs.

C’est un dimanche . Il est 21 h 40. Deniz habite à deux minutes. Question : comme un guet-apens, le savait-on et a-t-on attendu qu’il sorte ? Le malheureux a vite compris quand le scooter le double. Armé d’un fusil-mitrailleur, le passager porte un masque Fantômas en latex.

Au volant de l’Audi, Deniz cherche son salut à gauche dans la rue Verheyden. Avait-il une chance s’il avait poursuivi tout droit, vers la clinique Ste Anne-St Remy ? Difficile à dire. Les autres ont un Piaggio Gilera GP 800, le maxi-scooter le plus puissant sur le marché.

Deniz, en tout cas, choisit l’autre option et tente son va-tout vers la Porte de Ninove. La manœuvre l’oblige à un court temps d’arrêt qui donne au passager du scooter le temps de le faucher d’une première rafale et de l’achever, quasi à bout touchant.

Ensuite, le scooter démarre vers Scheut. 400 mètres plus loin, le pilote se blesse dans un accrochage. C’est de nouveau le passager du scooter qui sauve la situation : avec le même sang-froid, il stoppe un véhicule et en éjecte le conducteur. La vidéo montre alors qu’ils étaient surveillés par un ou des complices dans une Peugeot 308. Ceux-ci interviennent et aident le commando à s’échapper. On récupère au passage une arme tombée sur la chaussée. L’immatriculation M-AHX 976 du GP 800 avait été volée à Courcelles par des auteurs armés de fusils mitrailleurs de type UZI et portant aussi des masques blancs en latex Fantômas.

Deniz L. était né le 27 mars 1981. À son début, l’enquête s’orientait sur la piste d’un règlement de comptes dans le milieu des stupéfiants. Il y a sûrement de bonnes raisons si la vidéo n’est diffusée qu’après vingt mois. Toute personne disposant de la moindre information est invitée à contacter le 0800.30.300. La garantie d’une discrétion totale est assurée.