Faits divers

L'épouse et le beau-frère d'un Lord anglais assassiné devant la justice


NICE L'épouse et le beau-frère d'un riche aristocrate anglais, Lord Shaftesbury, comparaissent à partir de mardi devant la Cour d'assises des Alpes-Maritimes, accusés d'avoir assassiné le Lord, pour s'emparer de son argent, en novembre 2005 à Cannes.
Mohamed M'Barek, 43 ans, comparaîtra pour "assassinat" et sa soeur Jamila M'Barek, 45 ans, pour "complicité d'assassinat".

Le 5 novembre 2004, Anthony Ashley-Cooper, comte de Shaftesbury, dixième du nom, âgé de 66 ans, disparaissait sans laisser de trace après s'être entretenu avec son épouse à Cannes. Le 5 avril 2005, son corps décharné, réduit à l'état de squelette, était retrouvé dans une décharge publique à Théoule-sur-Mer (Alpes-Maritimes).
Fière allure, grande taille (1,90 m), éduqué à Eton et Oxford, Lord Shaftesbury, dont la propriété familiale est située dans le Dorset, venait fréquemment sur la Riviera française et surtout à Cannes, où il menait, de l'aveu de ses proches, une vie quelque peu dissolue. Il fréquentait les bars et les boîtes de nuit, ainsi que leurs hôtesses, buvant plus que de raison mais sans toutefois perdre son flegme.

Dans le passé, Jamila M'Barek avait exercé comme escort-girl en Suisse. Elle avait collectionné les amants, généralement fortunés, avant de rencontrer le dixième comte de Shaftesbury et de l'épouser. En octobre 2002, Lord Shaftesbury rédige un testament attribuant à son épouse d'importants biens immobiliers en Irlande et en France.

Auditionnée par la police, après la disparition du Lord, Jamila affirme ne rien savoir: Anthony Ashley s'est bien entretenu avec elle de ses difficultés financières, le 5 novembre au matin, à son domicile, puis il est reparti. Depuis lors, il n'a plus donné signe de vie.

En février 2005, les policiers interceptent une conversation téléphonique entre la soeur de Jamila, Naïma M'Barek, et l'avocat de Jamila, Me Frank de Vita. "Il faut qu'elle parle de ce qui s'est passé. Il faut qu'elle se vide. C'est ça qui la rend malade", dit Naïma à l'avocat.

Auditionnée à nouveau, Jamila modifie sa version des faits: Le Lord est venu chez elle, le matin du 5 novembre, complètement ivre. Une rixe a éclaté entre lui et son frère, Mohamed. Ce dernier était arrivé dans la nuit à Cannes, venant d'Allemagne, pour réclamer à Lord Shaftesbury une somme de 10.000 euros que le Lord lui aurait promise. La bagarre a mal tourné.

"Rendu fou" par le refus du Comte de s'acquitter de sa promesse, Mohamed renverse le Lord, l'immobilise, et lui serre le cou, suffisamment longtemps et fort pour que mort s'ensuive.

L'enquête policière devait démontrer que Mohamed, qui était arrivé le 2 novembre 2005 à Cannes, en provenance d'Allemagne, était reparti à Munich, le 4 novembre par un vol régulier. Il avait demandé à l'une de ses collègues de travail de venir le chercher à l'aéroport de Munich, avait effectué deux petits versements d'argent à sa banque puis était reparti en catimini, au volant de sa voiture, dans la nuit du 4 au 5 à Cannes chez sa soeur.
L'accusation voit dans cet aller-retour précipité entre Cannes et Munich une tentative de Mohamed M'Barek pour échafauder un alibi.

Le mobile du crime, toujours aux yeux de l'accusation, est l'argent: Jamila était consciente que le comte, enfin dessillé, voulait divorcer et risquait d'annuler le testament. Elle aurait alors demandé à son frère de le tuer.

"Ce sera quitte ou double", dit Frank de Vita, l'avocat de Jamila, qui plaidera l'acquittement. "Il n'y a pas de préméditation, il n'y a pas de mobile. Elle a seulement été témoin" d'une bagarre entre son frère et son époux.
Le verdict est attendu vendredi.