Faits divers Les 3 ou 4 malfrats qui s’en sont pris aux labos de l’INCC avaient apparemment bien préparé leur coup…

L’INCC (Institut National de Criminalistique et de Criminologie) a été le théâtre dans la nuit de dimanche à lundi d’une opération commando minutieusement préparée dont l’objectif était probablement de détruire des preuves relatives à une ou plusieurs enquête(s) criminelle(s).

Il était aux alentours de deux heures du matin lorsqu’une camionnette - une Peugeot Partner de couleur grise - a défoncé les clôtures grillagées entourant le site de l’INCC, chaussée de Vilvorde, à Neder-over-Hembeek.

Le véhicule, qui avait été volé fin du mois de juillet dans le Limbourg, a ensuite poursuivi sa route sur une bonne centaine de mètres et s’est garé le long du côté du bâtiment abritant les laboratoires d’analyse. Deux hommes en salopettes foncées et cagoulés en sont sortis par le côté passager.

L’un des auteurs est monté sur le toit de la camionnette pour casser, à l’aide d’une masse, les fenêtres du bâtiment. Tandis que l’autre a déchargé trois bonbonnes (ou bouteilles type fontaine d’eau) contenant du gaz et/ou de l’essence qu’il a déposées sur le toit de la Peugeot Partner.

L’auteur, qui était sur ledit toit de la camionnette, s’en est saisi et les a jetées l’une après l’autre dans le bâtiment avant de s’y introduire à son tour. Son complice a encore déposé sur le toit de la camionnette un seau en plastique noir contenant un liquide ou une poudre de couleur blanche et l’a cette fois balancé lui-même à l’intérieur.

À ce moment-là, un troisième auteur est sorti du véhicule, toujours par le côté passager, avec une mèche qu’il est allé placer dans le bâtiment. Puis, les trois malfrats sont remontés dans la Peugeot Partner. Démarrant avec le coffre ouvert, ils ont rebroussé chemin et déroulé leur mèche sur une bonne centaine de mètres pour pouvoir provoquer l’explosion à distance, sans risquer de se faire eux-mêmes souffler par celle-ci.

La camionnette a quasiment pris feu simultanément et les auteurs se sont évaporés dans la nature. Ils étaient au minimum trois, voire quatre vu que personne n’a été aperçu en train de sortir du véhicule par le côté conducteur. Toute la scène décrite a partiellement été enregistrée par les caméras de surveillance de l’INCC.

Aucune victime n’est à déplorer, les lieux ne faisant pas l’objet d’une surveillance humaine pendant la nuit. Cinq potentiels suspects, qui se trouvaient à proximité immédiate des lieux et dont l’un serait fiché pour radicalisme, ont été interpellés sur place, mais tous ont été remis en liberté hier à l’issue de leurs auditions sans avoir été inculpés.

Le parquet de Bruxelles n’a pour sa part pas souhaité communiquer sur le modus operandi des auteurs, mais a indiqué qu’une instruction judiciaire a été ouverte des chefs d’incendie volontaire et dégradations par explosion pour tenter de faire la lumière sur cette affaire.

"Il semble évident que l’INCC n’a pas été choisi par hasard. Il va de soi que plusieurs individus auraient intérêt à faire disparaître des éléments à charge de leurs dossiers judiciaires", a commenté la porte-parole du parquet de Bruxelles, Ine Van Wymersch. "À ce stade de l’enquête, l’hypothèse d’un acte terroriste n’est pas confirmée. Plusieurs pistes sont envisagées". Parmi lesquelles, celle du grand banditisme.

© dr

Comment savaient-ils où frapper ?

Ce sont des preuves susceptibles d’incriminer des dizaines voire des centaines de gredins que l’opération commando menée contre l’INCC a détruites ou rendu inutilisables en justice. En clair : l’attentat va offrir l’impunité à des dizaines de délinquants qui risquent d’être acquittés parce que les preuves sont parties en fumée. Et combien de victimes ne seront pas indemnisées faute pour la justice d’avoir pu condamner les coupables ?

Le bâtiment visé de l’INCC est celui qui abritait le plus grand nombre de laboratoires. Le savait-on ? Et savait-on qu’il n’y avait personne, pas même un concierge, pour veiller la nuit à la sécurité du centre dont dépend rien de moins que le fonctionnement de la police et de la justice ?

Et si les auteurs le savaient, faut-il en déduire qu’ils avaient des complicités parmi les fournisseurs, les visiteurs ou au sein du personnel ? Non, répond Fabrice Gason, de l’INCC en parlant plutôt de "failles" : "Comment savoir où se trouvait la plupart des laboratoires ? Pas compliqué. On pouvait le voir de l’extérieur, derrière les grilles."

Les services de l’INCC comptent parmi les meilleurs d’Europe. Ses laboratoires ont isolé l’ADN de plusieurs suspects des tueries du Brabant. Ils ont travaillé dans l’affaire Dutroux (les fameux cheveux), les assassinats de Stacy et Nathalie, l’homicide du petit Younes. En chiffres, l’INNC, c’est 150 collaborateurs de haut niveau et 7.000 dossiers traités par an.

Six de ses dix laboratoires hors service depuis hier, tous détruits ou fortement endommagés. Au rez, microtraces biologiques (fibres, cheveux, poils d’animaux, etc.) et ADN (10 à 15 % des demandes d’analyses de l’ensemble du pays). À l’étage, les peintures, verres et produits accélérants utilisés lors des incendies criminels. Enfin, au sous-sol : deux labos spécialisés dans l’expertise des fibres textiles et des résidus de tir. S’ils ont échappé au feu, ces deux-là ont forcément subi des dégâts d’eau et de fumée. Son personnel a peu d’espoir de récupérer le matériel si sensible de haute technologie.

À la question de savoir pourquoi les lieux n’étaient pas mieux protégés - pas même un gardien de nuit… - le directeur-général Jan De Kinder répond par une pirouette."Quelque part, n’est-ce pas mieux ? L’INCC n’a subi ainsi que des dégâts matériels : personne n’a été blessé." Son collègue Fabrice Gason : "En fait, les lieux étaient sécurisés passivement (caméras, etc.). Preuve en est la rapidité avec laquelle cinq suspects ont été appréhendés (et vite relâchés, NdlR). Et puis, rien n’indiquait que la menace contre l’INCC était plus importante que contre d’autres bâtiments du SPF Justice".

Dans l’heure qui a suivi l’attaque, une alerte a visé la société d’infrastructures gazières Fluxys à Anderlecht : une voiture avait été abandonnée près du siège boulevard Industriel. C’était une voiture volée dans les Marolles. Le déminage est intervenu. Au final, la voiture suspecte n’avait aucun lien avec l’attentat.

Pour Fabrice Gason, l’INCC ne retrouvera pas son rythme avant "plusieurs semaines". Des solutions de débrouille permettront à certains services de recommencer à fonctionner plus vite que d’autres. Mais pour ce chef de service à l’INCC, il faudra du temps pour être à nouveau opérationnel. Faudra-t-il abattre le bâtiment ? Attribuer les chantiers et acheter les équipements et matériels nouveaux, la Régie des Bâtiments devra suivre les procédures de marchés publics, qui sont longues.

Les criminels n’ont pas gagné sur tous les plans : quatre des dix labos n’ont pas été touchés, dont ceux des drogues et des analyses toxicoloqiques (essentielles en matière de circulation routière).

Enfin, les banques de données ADN sont intactes.

Le bâtiment n’était pas surveillé

Qui surveillait donc l’Institut national de criminalistique et de criminologie ? C’est la question qui pend à toutes les lèvres, au lendemain de l’incendie survenu dans la nuit de dimanche à lundi. Cette tentative d’intrusion pose en effet des questions évidentes sur la sécurité du site, qui, même s’il ne fait pas partie des lieux définis comme "sensibles", renferme en ses murs des données importantes pour la justice, comme des preuves recueillies sur une scène de crime.

Réponse : personne. "Il faut franchir un certain nombre de barrières pour pénétrer dans le bâtiment. Nous disposons également de caméras de surveillance et d’un système d’alarme, indique Jan De Kinder, directeur de l’INCC, et nous pensions que c’était suffisant." Il y a donc une surveillance passive mais aucun concierge ou gardien de sécurité ne patrouille aux alentours. L’INCC, qui dépend de la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles, n’était pas non encadrée par des policiers. Même son de cloche du côté de l’armée, qui n’a pas non plus été sollicitée pour monter la garde. "Si la police ne nous en fait pas la demande, nous ne surveillons pas le site", explique Olivier Severin, porte-parole de la Défense.

Pendant la nuit, le bâtiment n’est pas toujours désert mais fort heureusement, aucun travailleur n’était présent sur les lieux au moment des faits. Un coup de chance pour les experts de ce centre : "Selon l’urgence des enquêtes judiciaires, il y a parfois du personnel qui travaille la nuit", illustre Jan De Kinder.

Et la menace terroriste dans tout ça ? Selon le directeur, aucune menace particulière ne planait sur l’INCC. Des cambriolages ont déjà eu lieu "mais jamais une telle attaque ciblée comme aujourd’hui".

Des mesures supplémentaires concernant la sécurité ont-elles été demandées à la justice ? Ces requêtes ont-elles été respectées ? "No comment", glisse une source, qui préfère garder l’anonymat. Selon le SPF Justice, en ce qui concerne la sécurité des bâtiments de l’INCC, une évaluation avait été demandée à l’Ocam après les attentats du 22 mars. L’organisme qui évalue la menace terroriste n’avait pas conclu à la nécessité de mesures supplémentaires pour l’INCC, en l’absence de menace avérée. Néanmoins, "une nouvelle évaluation de l’Ocam sera sollicitée comme suite aux événements de cette nuit".