Faits divers

Un policier appartenant à la police de la zone de Bruxelles-Capitale-Ixelles a été victime d'une attaque au couteau, mardi matin, vers 5h30.

Comme le révélait La Dernière Heure/Les Sports ce mardi matin, un policier de faction devant le commissariat principal de Bruxelles, rue du Marché au Charbon, a été poignardé à deux reprises au niveau de la gorge, vers 5h30. Selon plusieurs témoins, l'agresseur a crié "Allahu akbar" ("Dieu est grand") avant de passer à l'acte, indique le parquet de Bruxelles, confirmant nos informations.

Le suspect a été neutralisé par deux autres policiers, qui ont ouvert le feu trois fois: touché à deux reprises au niveau de la poitrine, Issam T., a été trouvé en possession de deux couteaux de cuisine. Menotté au sol, il s'est mis à prier, apprend-on de sources proches du dossier. Il a été hospitalisé dans un état critique. Sa victime a également été hospitalisée: ses jours ne sont pas en danger.

Issam T. avait été condamné à 8 ans de prison, en 2011, pour son implication dans plusieurs braquages commis dans le Brabant wallon. Incarcéré, il avait ensuite été interné après avoir commis une tentative de meurtre en prison en 2014. Il venait d'être libéré à l'essai, en octobre dernier, malgré l'avis négatif du parquet, indique celui-ci.

Ce matin, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) a indiqué que l'auteur de l'attaque contre les policiers n'était connu "ni par l'Ocam, ni par la police" pour des faits de terrorisme, laissant penser à certains que la piste d'un acte à caractère terroriste était écartée. L'enquête confiée à la DR3, la section anti-terrorisme de la police fédérale, et l'instruction ouverte pour "tentative d’assassinat dans un contexte terroriste" indiquent le contraire. "La police est une nouvelle fois victime d'une attaque lâche", a commenté Jan Jambon.