Faits divers

Le parquet général de Bruxelles a demandé lundi, devant la cour d'appel, l'acquittement du policier qui aurait tardé à transmettre une information sur l'attentat commis au Musée juif. 

Le tribunal correctionnel de Bruxelles l'avait condamné à deux mois de prison avec sursis en octobre 2015. Après l'attentat commis le 24 mai 2014 au Musée juif et qui avait coûté la vie à quatre personnes, la justice bruxelloise avait diffusé des images de l'attentat et un membre de la police judiciaire fédérale de Bruxelles avait reçu une information. L'informateur disait reconnaître la kalachnikov qu'on apercevait sur les images comme étant une arme qui venait d'être achetée "dans le milieu". Le policier avait reçu ordre d'un officier supérieur de rédiger immédiatement un rapport confidentiel à ce sujet mais aurait tardé à le faire, avec pour conséquence que la cellule d'antiterrorisme de la police judiciaire fédérale de Bruxelles n'était pas au courant de l'information.

Mehdi Nemmouche, l'auteur présumé de l'attentat, était entre-temps parvenu à fuir en France. Il est apparu par la suite que l'information n'avait pas trait à l'arme qui a servi lors de l'attentat mais le parquet de Bruxelles a néanmoins décidé de poursuive le policier qui l'avait reçue. En octobre 2015, le tribunal correctionnel de Bruxelles l'a condamné à deux mois de prison avec sursis mais le parquet général de Bruxelles a demandé son acquittement lundi devant la cour d'appel.

"Le parquet général a bien compris qu'aucune information n'avait été retenue, qu'il y a eu un problème au sein du service concerné et qu'on a voulu faire payer notre client", ont réagi ses avocats Sven De Baere et Sven Mary.

La cour d'appel se prononcera le 4 décembre.