Faits divers

La Chambre du conseil de Bruges a prolongé mardi la détention d'une habitante de Wevelgem originaire de Wallonie pour deux mois supplémentaires. Molly B. est suspectée de participation à des activités terroristes et aurait apporté son aide à un commando de trois femmes qui avaient l'intention de commettre un attentat à Paris. 

Une voiture contenant des bonbonnes de gaz avait été retrouvée en septembre 2016 dans les environs de Notre-Dame à Paris. L'enquête s'est orientée vers trois femmes, soupçonnées d'avoir été mandatées par un combattant de l'Etat islamique (EI). Molly B. est pour sa part soupçonnée d'avoir été en contact avec ces femmes via des forums de discussions. Ce dossier est totalement distinct de celui des attentats de Paris du 13 novembre 2015, ainsi que de celui des attentats de Bruxelles de mars 2016.

Une perquisition a été menée dans la nuit du 7 au 8 mars chez Molly B. Ni explosif ni armes n'ont été trouvés mais la suspecte a néanmoins été mise sous mandat d'arrêt pour participation aux activités d'un groupe terroriste.

La défense plaide le fait qu'il n'y a pas de lien concret entre Molly B. et l'attentat avorté.