Faits divers

Les victimes des attentats de Bruxelles qui n'ont pas (encore) bénéficié d'une provision financière de la part des assureurs après le préjudice qu'elles ont subi se trouvent dans cette situation car elles ont fait le choix de ne pas accepter la proposition qui leur a été faite. 

Ainsi réagit mercredi la fédération sectorielle Assuralia à un l'un de nos articles dans lequel l'avocat de plusieurs dizaines de victimes explique avoir écrit aux députés fédéraux et aux sénateurs pour se plaindre de "promesses non tenues" par les assureurs. Dans cette missive, Me Jean-Paul Tieleman décrit la situation des victimes qui ont fait le choix d'initier des procédures devant les tribunaux, leur but étant, selon lui, "d'empêcher l'emprise sur elles des médecins conseils des assureurs" et de se voir appliquer "le tableau dit indicatif des dommages et intérêts (tableau défavorable en ce qu'il prévoit par exemple 12.500 euros pour la perte d'un enfant cohabitant)".

Malgré les promesses, ces victimes-là n'ont pas reçu la moindre indemnisation, constate l'avocat, qui dénonce encore le "lobbying pratiqué par les assureurs auprès des pouvoirs politiques" et "la complicité tacite du gouvernement".

Contactée, Assuralia se dit "consternée par cette façon de présenter les choses". Les personnes qui n'ont rien reçu de leurs assurances sont dans cette situation car elles ont fait le choix d'emprunter la voie judiciaire et de ne rien accepter de leur part, explique son porte-parole Wauthier Robyns.

Les assureurs avaient mis en place un système de provisions à la suite des attentats afin de pouvoir intervenir plus rapidement et de parer aux dépenses les plus urgentes des victimes. Ces entreprises doivent à présent attendre la consolidation de la situation de ces victimes et avoir la certitude que celle-ci n'évoluera plus avant de régler définitivement le préjudice subi.

D'après Assuralia, les assureurs ont reçu des demandes d'indemnisation de près de 1.400 victimes, parmi lesquelles figurent 27 morts et 226 personnes sérieusement ou grièvement blessées, c'est-à-dire avec un taux d'invalidité permanente supérieur à 10%. 187 d'entre elles ont reçu une indemnité, sous forme de règlement définitif ou de provision. Pour d'autres, l'assureur attend un accord sur des propositions de versement provisionnel ou une attestation médicale. Parfois, il ne manque même que le numéro de compte où verser les indemnités.

Selon ses dernières statistiques, la fédération sectorielle évalue à plus de 112 millions d'euros le coût pour ses membres des attentats du 22 mars 2016.