Faits divers

Celui qui a combattu un an en Syrie et a été condamné à cinq ans de prison lors du procès de Sharia 4 Belgium repasse aujourd’hui par la case prison...

Le membre de Sharia 4 Belgium interpellé vendredi soir à son domicile laekenois de la rue des Palais a été inculpé de participation aux activités d’un groupe terroriste et de complicité d’assassinats terroristes dans le cadre des attentats de Bruxelles à l’issue de son audition chez le juge d’instruction.

Alors qu’il recouvrait apparemment tout juste sa liberté (son bracelet électronique ne lui aurait été enlevé qu’il y a un mois), Bilal El Makhoukhi, âgé de 27 ans, repasse donc aujourd’hui par la case prison. Selon le parquet fédéral, il est soupçonné d’avoir aidé Mohamed Abrini et Osama Krayem, le second kamikaze du métro qui avait pris la fuite.

Selon nos infos, les enquêteurs le suspectent en sus d’avoir été chargé par un présumé chef de la cellule terroriste de Paris / Bruxelles – qui serait basé en Syrie – de récupérer et transmettre un "colis" à l’issue du carnage.

Condamné à cinq ans de prison lors du procès de Sharia 4 Belgium, Bilal El Makhoukhi avait combattu pendant un an en Syrie avant de se prendre une balle dans la jambe qui l’aurait lourdement handicapé et poussé / forcé à abandonner le "djihad".

A cette époque-là, il utilisait le pseudonyme "Imrane" et ce pseudonyme est justement réapparu une nouvelle fois dans l’enquête sur les attentats de Bruxelles. Notamment lors de conversation(s) interceptée(s).

Par la voix du pénaliste qui assure sa défense, Me Olivier Dupont, Bilal El Makhoukhi tient néanmoins à clamer son innocence : "Vu que son nom a été publié dans la presse, mon client me demande de préciser à la presse qu’il conteste formellement toute participation aux attentats de Bruxelles", a indiqué l'avocat en se refusant à tout autre commentaire.

S’il affirme ne pas connaître Mohamed Abrini, Bilal El Makhoukhi avait encore des contacts très réguliers avec Hervé B. M., son ami d’enfance qui est domicilié rue de Tivoli à quelques encablures de chez lui, est suspecté d’avoir logé Mohamed Abrini et a également été placé sous mandat d’arrêt pour participation aux activités d’un groupe terroriste et complicité d’assassinats terroristes.